Airbus prévoit 3000 recrutements en 2017

Propos recueillis par Guillaume Lecompte-Boinet
11/07/2017 | 1064 mots | AEROCONTACT | CARRIÈRE
Airbus prévoit 3000 recrutements en 2017 © Photo Airbus

Thierry Baril règne sur les carrières des 130 000 salariés d'Airbus depuis 2012, et sur celles des hommes et femmes d'Airbus Commercial Aircraft depuis 2007, poste qu'il cumule avec le précédent. L'occasion d'un entretien au bord des pistes du Bourget pendant le salon.

Quels enjeux autour des Ressources Humaines (RH) avez-vous sur un salon comme celui du Bourget ?

Ce salon est naturellement pour nous l'occasion de travailler sur la visibilité de notre marque employeur. J'ai l'opportunité de rencontrer beaucoup de personnes d'horizons différents, étudiants, associations (« Elles Bougent »), pour aborder différents sujets tels que les recrutements, la diversité et les métiers. Nous avons profité de ce salon pour signer un nouveau partenariat universitaire, avec l'Université chinoise Tsinghua. Elle devient ainsi le 21ème membre de notre réseau mondial Airbus Global University Partner Programme (AGUPP).

Sur quoi vous engagez-vous dans ce genre de partenariat ?

Beaucoup de choses : nous influons sur les cursus, afin que les compétences délivrées soient celles dont l'industrie aura besoin à l'avenir. Nous étudions l'opportunité de création de chaires, nous offrons aux étudiants la possibilité de postuler à des stages, et nous favorisons des projets innovants principalement axés sur l'entrepreneuriat, allant même jusqu'à la création de start-up. A titre d'exemple, nous avons récemment participé à une journée de rencontres avec des étudiants de l'ISAE qui portent ce type de projets. Il y a aussi notre compétition bisannuelle "Fly your ideas" qui récompense des étudiants portant des projets innovants dans le domaine aéronautique.

Quel premier bilan tirez-vous de la création de Leadership University ?

Le succès de ce concept est allé au-delà de nos espérances. Nous attendions 20 000 personnes par an, mais dès cette année, ce sont plus de 30 000 salariés qui bénéficieront des programmes délivrés par la Leadership University. Il y a encore quelques années, ce type de programmes s'adressait uniquement aux cadres dirigeants du groupe et à quelques personnes identifiées comme « talents ». C'est allé bien au-delà - car nous considérons aujourd'hui que les 130 000 salariés du groupe sont tous des talents ! La Leadership University accueille aussi bien des cadres que des compagnons, des techniciens supérieurs, des agents de maîtrise. Ce n'est pas un centre de formation, mais plutôt un accélérateur d'innovation, de réflexion, d'expériences, un lieu de partage et de brassage, en somme, un incubateur. Au commencement, nous avons lancé le réseau sans qu'il y ait de lieu central, avec plusieurs « spots », en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Chine, en Inde, etc. Puis nous avons construit le campus de Toulouse, qui a ouvert ses portes en septembre 2016, et qui est devenu de facto, le principal campus de la Leadership University, au plus près des opérations.

Quel est votre objectif de recrutement pour 2017 ?

Nous recruterons à peu près le même nombre de personnes qu'en 2016, soit 3 000 personnes. Mais cette année, nous cherchons de nouvelles compétences pour répondre aux défis du digital, en développant notre attractivité auprès d'experts en cybersécurité, auprès de data analysts et de data scientists. Nous travaillons actuellement sur le recrutement en externe de ce type de compétences, mais formons également en interne les ingénieurs d'Airbus à ce type de métiers. Par ailleurs, nous recrutons pour renforcer le groupe dans le domaine du support-service et du spatial, car ces activités sont en pleine croissance, reflété par exemple par la création récente d'Airbus Aerial. Sur les six dernières années, nous avons recruté plus de 50 000 personnes. En France uniquement, et sur cette même période, le solde net des emplois atteint 11 000 postes créés.

Comment se déroulent les restructurations et réorganisations en cours ?

Il y a deux chantiers distincts. Tout d'abord, la transformation de la division Defence & Space, qui a fait l'objet d'une transformation permanente depuis sa création, et connaît une étape importante au 1er juillet. Son organisation sera beaucoup plus intégrée, organisée autour de ses programmes principaux, dans l'esprit de l'organisation actuelle d'Airbus Commercial Aircraft. Ensuite, il y a Gemini, c'est à dire la fusion entre Airbus Group SAS et Airbus SAS qui prend effet au 1er juillet 2017. Le nombre de postes touchés par cette réorganisation atteint 1 164 - et les employés impactés par cette fusion feront l'objet de diverses mesures d'accompagnement telles que par exemple des départs volontaires, des redéploiements ou autres dispositifs.

Dans la mesure où il n'y aura pas a priori de programme d'avion nouveau avant plusieurs années, comment gérez-vous la baisse des besoins en ingénieurs ?

Il est vrai que l'A350XWB entre dans la phase de production en série et donc nécessite aujourd'hui moins d'ingénieurs en développement. Cette adaptation a été anticipée bien en amont : beaucoup d'ingénieurs ont effectué des mobilités internes vers d'autres secteurs de l'entreprise (manufacturing engineering, production, achat, services / support).

Dans un tout autre contexte, nous continuons cependant à préparer l'avenir et investissons aujourd'hui dans des projets qui demain composeront l'avenir tels que les véhicules urbains City Airbus et Vahana.

> En savoir plus sur Airbus


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


OSAC recherche des inspecteurs du ciel
21/09/2017 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

En aéronautique, la sécurité est un élément clé. Filiale du Groupe Apave, l’OSAC (Organisme pour la Sécurit&eacu...


Luc Graux nommé Président Président de SKF France
21/09/2017 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Après avoir occupé différentes fonctions dans le groupe SKF, en France et àl'international, Luc Graux est nommé Président...


Cédric Halé nommé DRH de Safran Nacelles
19/09/2017 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Cédric Halé est nommé Directeur des Ressources Humaines de Safran Nacelles. Membre du comité exécutif et rapportant directement &agr...

Lire aussi :


Et le tout est un Dewoitine 551
23/09/2017 | AEROBUZZ | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Réplic’Air prévoit de débuter l’assemblage de sa réplique du Dewoitine 551 fin 2017. Le moteur Hispano-Suiza 12Y51 est en cours de remontage chez Safran. Airbus Na...


22/09/2017 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | HÉLICOPTÈRES

La commission de sécurité des vols de la Bundeswehr a autorisé le retour en vol des Tigre. Les hélicoptères d'attaque pourront reprendre leurs missions, sous réserve de ne pas dépas...


Bpifrance et le GIFAS veulent renforcer la base industrielle française avec Ambition PME-EPI
22/09/2017 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Présenté au salon du Bourget en juin dernier, « Ambition PME-ETI » rentre dans le vif du sujet. La première promotion de cet accélérateur d'entreprises dédié à l'aéronautique a été of...