Satif Groupe ou l’expatriation au service de l’aéronautique

Marie Christophe
16/02/2017 | 739 mots | AEROCONTACT | CARRIÈRE
Satif Groupe ou l’expatriation au service de l’aéronautique © Satif Groupe

Présent en Europe, Asie, Afrique, Amérique du Sud et au Moyen-Orient, Satif Groupe est spécialiste de l’expatriation pour l’ingénierie, la maintenance et l’instruction, notamment et historiquement pour le secteur aéronautique. Intervenant à tous les stades de vie d’un aéronef, le groupe maîtrise le suivi technique et opérationnel, l’expertise technique, mécanique et hydraulique, et propose un appui industriel par la mise en place de compétences en structure, câblage ou mécanique. Nous avons rencontré Carine Thielens, chargée de recrutement.

Pouvez-vous nous présenter Satif Groupe ?

Satif est une société de prestation de service spécialisée dans l’aéronautique. Nous travaillons avec les grands comptes industriels français comme Safran, Airbus Defence & Space, Thalès, EADS et Dassault Aviation. Nos clients nous sollicitent pour intervenir dans le monde entier. L’expatriation est au cœur de notre métier, l’activité française est venue par la suite. Nos missions vont de six mois minimum à plusieurs années.

Quelles sont vos méthodes de recrutement ?

Nous possédons une base de données qui regroupe plus de 4000 candidats. Parallèlement, nous utilisons très fréquemment Aerocontact.com. De plus, nous sommes en étroite liaison avec les bureaux militaires, puisque quasiment tout notre personnel est constitué d’anciens militaires. Nous avons également des accords avec l’Armée de l’Air pour avoir des détachements. Nous travaillons aussi avec Défense Mobilité, l’opérateur de la reconversion au service des militaires et des entreprises.
Nous rencontrons quelques profils féminins au niveau du recrutement, mais nous aimerions en avoir davantage.

Arrive-t-il que des employés soient cooptés ?

Cela arrive souvent, nous y sommes toujours favorables.

Quels sont les profils que vous recrutez actuellement ?

Nous recherchons actuellement du personnel pour la maintenance sur des avions de chasse, des préparateurs chaudronniers, des préparateurs électricien, des chefs de projet informatique. De façon générale, nous cherchons toujours des instructeurs aéronautiques, des ajusteurs, des contrôleurs qualité ainsi que des indicateurs techniques.

Considérant l’évolution des technologies dans le secteur, avez-vous des demandes de nouveaux métiers ou nouvelles compétences ?

Nous n’avons pas encore ce type de demandes.

Quid de la formation chez Satif ?

Nous sommes une PME et n’avons pas forcément les moyens de former comme nous le souhaiterions, mais en général nos intervenants sont déjà formés en intégrant nos équipes.

Avez-vous mis en place un suivi des expatriés ?

Nous suivons les expatriés tout au long de leur mission ainsi que leurs familles. A titre d’exemple, dans certains pays le PACS n’est pas reconnu, ce qui implique des démarches administratives par rapport au conjoint. Nous sommes très attentifs. A leur retour, nous pouvons leur proposer un autre contrat : dans ce cas, nous rédigeons un avenant et ils peuvent continuer leur mission chez un autre client.

Quel bilan faites-vous sur l’année 2016 ?

L’année 2016 n’a pas été bonne suite au gel du programme Falcon 5X. De façon générale, en tant que prestataire, nous fonctionnons par « palier » au sein du secteur aéronautique. Notre activité est très liée aux commandes. La période à partir de 2008 jusqu’à 2016 avait été relativement bonne.

Et quelles perspectives pour 2017 ?

Nous espérons une reprise pour le secteur aéronautique. Côté marine, on se développe bien.

Serez-vous présents au Salon du Bourget cette année ?

Nos commerciaux seront sur place en effet.

Propos recueillis par Marie Christophe.

> Découvrez les opportunités chez Groupe Satif


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Un jeune Ancien de l'IPSA obtient un prix pour sa thèse en aérodynamique
22/02/2021 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Après l’obtention de leur titre d’ingénieur, certains IPSAliens font le choix de se diriger vers la recherche pour approfondir...


Hanvol sécurise les parcours vers l'emploi
17/02/2021 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

En 2021, l’association Hanvol privilégie la sécurisation de ses parcours vers l’emploi« En ces temps de crise, nos entreprises aé...


Jean-Luc Givone nommé Directeur Financier d'Expleo
12/02/2021 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Le conseil de surveillance d’Expleo annonce la nomination de Jean-Luc Givone en tant que nouveau Directeur Financier et membre du directoire du Groupe, &agr...

Lire aussi :


08/10/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Opérationnel depuis février 2019, le Conversion Training Center (CTC) de Dassault Aviation, implanté à Bordeaux-Mérignac, vise à prendre en charge une partie de la formation des...


L'aviation générale retenue au sol par le manque de mécaniciens
03/10/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Si les problèmes de recrutement sont très présents dans l'industrie aéronautique et l'aviation commerciale, ils n'épargnent pas non plus l'aviation générale. La part du secteur re...


L'EPNER doit « maintenir un haut degré de compétences »
06/09/2018 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Depuis 1946, l'École du personnel navigant d'essais et de réception (EPNER) forme les futurs pilotes et ingénieurs dédiés aux essais en vol des aéronefs, aussi bien civils que mi...