La FFA et Wingly partenaires pour la promotion du coavionnage

FFA

11/07/2017 | 905 mots | AEROCONTACT | PASSION
La FFA et Wingly partenaires pour la promotion du coavionnage © Wingly,

La Fédération Française Aéronautique et la plateforme de coavionnage Wingly sont heureux d’annoncer la mise en place d’un partenariat privilégié pour promouvoir le partage de frais élargi dans les aéroclubs affiliés à la FFA.

En effet, le 22 juin 2017, le Conseil d’Etat a statué en faveur de l’activité de partage de frais lors de vols privés. Cette décision publique vient annuler une dérogation française prise en restriction du cadre européen lui, favorable à l’activité. Au-delà de l’aspect aéronautique, les aspects assuranciels et fiscaux, liés au statut associatif, devaient être pris en considération par la FFA afin de garantir aux aéroclubs fédéraux la faisabilité du partage de frais élargi en toute légalité. La FFA dispose désormais du socle réglementaire idoine pour envisager la promotion de l’activité dans les aéroclubs fédéraux qui le souhaitent.

Dans ce cadre nouveau, la FFA a décidé de coopérer avec Wingly, la plateforme leader Européen du coavionnage, pour mettre à disposition des aéroclubs un dispositif adapté à leurs particularités associatives. Axé autour de deux piliers, ce dispositif devrait permettre d’éclaircir les zones d’ombre identifiées par la FFA dès l’émergence des plateformes internet de partage des vols :

  • Une validation des pilotes éligibles aux vols à partage de frais élargi par le président et le chef pilote de l’aéroclub. Cette validation ou “lâcher emport de passager élargi”, prendra en compte de critères basés essentiellement sur des facteurs humains. Elle permettra aux dirigeants des aéroclubs de valider les pilotes pouvant proposer des vols à frais  partagés élargis.
  • Une licence « passionné » pour les passagers réservant des vols sur Wingly sur des avions des aéroclubs fédéraux. Cette licence permettra d’être en conformité des exigences imposées par le statut associatif de l’aéroclub.

C’est ainsi une solution solide et consensuelle qui sera présentée à la communauté des aéroclubs affiliés à la FFA pour promouvoir le partage de frais élargi d’ici les prochains mois pour les clubs qui le souhaitent.

Il faut noter que le partage de frais élargi reposera sur un partage à part égale entre les occupants de l’appareil sur la base d’un tarif horaire propre à l’aéronef utilisé : le pilote participera donc aux frais à la même hauteur que les autres occupants de l’avion. Ce principe, pour rester dans le cadre français habituel, devrait rassurer les parties prenantes qui craignent des dérives.

Comme le note Jean-Luc Charron, Président de la FFA, “les clubs doivent pouvoir gérer leurs activités en fonction de leurs intérêts, de la sociologie de leurs adhérents, et de leur politique propre; et il est du devoir de la FFA de leur proposer des solutions pour combiner une ouverture aux opportunités du numérique et une adaptation à la spécificité de nos structures associatives. Ensuite c’est aux clubs de choisir la solution qui semble leur convenir le mieux.”

Pourquoi Wingly?

Après deux années d'activité en Allemagne et en Angleterre, la start-up française Wingly basée à Paris a fait ses preuve en accumulant une forte expérience du vol à frais partagé et revendique plus de 3.000 passagers en vol. Wingly a notamment signé une Charte sécuritaire avec l'Agence Européenne pour la Sécurité Aérienne en avril 2017 juste après avoir mis en place une assurance sur mesure pour le coavionnage avec Allianz: des gages de sérieux qui ont convaincu la FFA que Wingly était le partenaire de choix. A ses commandes, elle possède des fondateurs qui connaissent bien l'aviation légère française et qui volent tous deux dans des aéroclubs de la FFA: un pilote polytechnicien Emeric de Waziers et un ingénieur Aéronautique de Supaero, Bertrand Joab-Cornu.

Bertrand joab-Cornu, cofondateur de Wingly conclut : « Nous saluons l’approche pragmatique de la FFA et sommes fiers qu’ils aient choisi Wingly en partenaire privilégié pour promouvoir les vols à frais partagés au sein des aéroclubs de France. Après nos preuves de concept en Allemagne et en Angleterre, nous avons hâte de contribuer à la dynamisation de l’aviation légère française.»


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Portrait Dafne Isasi :  De l'hôtesse d'aviation d'affaires à la femme d'affaires
14/03/2019 | AEROCONTACT | PASSION

Le métier d’hôtesse de l’air commerciale voit le jour le 15 mars 1930 lorsqu’une jeune américaine passionnée d’aviat...


Portrait de Jean Pinet, l'un des « Hommes de Concorde »
28/02/2019 | AEROCONTACT | PASSION

À l’occasion du cinquantième anniversaire du Concorde, l’avion supersonique le plus célèbre de tous les temps, nous sommes all&...


Joyeux anniversaire F-WTSS : Les rendez-vous incontournables des 1er, 2 et 3 mars
25/02/2019 | AEROCONTACT | PASSION

Le 2 mars 1969, à 15h40 min et 11 s, le prototype 001 français F-WTSS décolle de l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Aux commandes, les pil...

Lire aussi :


20/03/2019 | AEROBUZZ | PASSION

Pierre Chanoine-Martiel est mort à l’aube de ses 100 ans. Il fut le commandant de bord du premier vol commercial Concorde entre Paris et Rio de Janeiro le 21 janvi...


Portrait de Jean Pinet, l'un des « Hommes de Concorde »
28/02/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | PASSION

À l'occasion du cinquantième anniversaire du Concorde, l'avion supersonique le plus célèbre de tous les temps, nous sommes allés à la rencontre de l'un de ceux qui fut à l'origi...


Happy Birthday Mister...Concorde !
27/02/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | PASSION

La rédaction du Journal de l'Aviation a enquêté afin de vous proposer de fabuleux articles célébrant le premier vol du Supersonique. En effet, le prototype 001 F-WTSS s'est ...