Bureau Veritas est en veille constante de nouveaux talents!

Pascale Kroll
08/03/2018 | 977 mots | AEROCONTACT | CARRIÈRE
Bureau Veritas est en veille constante de nouveaux talents! © Florie COURT, Responsable Ressources Humaines pour la région Occitanie chez Bureau Veritas

Un entretien avec Florie COURT, Responsable Ressources Humaines pour la région Occitanie chez Bureau Veritas.

Les réseaux professionnels : source principale de profils pour l’aéronautique. 

Quels sont les problématiques que vous rencontrez dans vos recrutements ?

Depuis le début de l’année, nous avons recruté huit personnes sur un effectif total de 60 personnes, expatriés compris. Nous sommes basés à Blagnac (31) mais je recrute pour la France, comme pour l’international.

Les éventuelles difficultés de recrutement que nous pouvons rencontrer sont notamment liées à la polyvalence des profils recherchés. Ils doivent détenir des compétences et expériences techniques aéronautiques très spécifiques dans le domaine de la sécurité aérienne et de la réglementation aéronautique. De plus, ils doivent faire preuve d’une aisance relationnelle multiculturelle alliée à un esprit entrepreneurial car chaque poste comprend un volet commercial. La difficulté est de trouver ces profils complets, « multi-compétences », avec un savoir être et un savoir faire. Ils doivent avoir à la fois une expertise technique et une capacité commerciale avec une aisance relationnelle.

 De quels profils avez-vous besoin actuellement ?

Nous recherchons actuellement six profils, tout expérimentés (de 5 à 10 années), principalement des chefs de projet ou des consultants : Un responsable sécurité compagnie aérienne, un  chef de projet maintenance & engineering, un consultant qualité et production aéronautique,  un chef de projet spécialiste hélicoptère, un chef de projet autorité de l’aviation civile et un consultant sécurité aérienne junior.

Comment les trouvez-vous ? Quelles sont vos pistes de recherche des bons profils ?

Nous visons surtout les diplômés de l’ENAC avec une spécialité sécurité aérienne et spécialisation aéronautique. Aujourd’hui, le sourcing se fait à 70 % par les réseaux professionnels et 30 % par les candidatures.

Nous essayons de maintenir une diversité constante pour nos moyens de sourcing. Ce sont d’abord les réseaux professionnels de nos collaborateurs que nous sollicitons à l’appui de prime de cooptation. Le système vient d’être mis en place pour le secteur aéronautique. C’est une solution efficace que nous avons déjà testée sur d’autres métiers de Bureau Veritas. La prime est portée à 1 000 € si la période d’essai de la personne cooptée est validée.

Nous nous appuyons également sur le vivier de notre site de recrutement Bureau Veritas, les réseaux sociaux Linkedin & Viadéo, la diffusion de nos annonces sur des job boards spécialisés en aéronautique. Nous faisons appel à des cabinets de recrutement et de chasse spécialisés en aéronautique et nous participons à des évènements et salons aéronautique (Salon du Bourget…).

Comment faîtes-vous correspondre l’offre et la demande ?

Nous n’attendons pas que l’offre corresponde à la demande ! Nous sommes en veille constante sur les profils correspondant à nos attentes de développement de marché. Dans ce cadre un bon profil peut répondre à un besoin, mais il peut aussi créer l’opportunité de recrutement.

Comment attirez-vous les bons profils ? Que faites-vous en matière de marque employeur ?
L’aéronautique est un métier de niche. Nous devons être acteur du réseau au quotidien. Nous animons les réseaux sociaux. Notre base vivier est enrichie grâce aux candidats que nous recevons en permanence. Les rencontres internationales avec les acteurs de l’aéronautique (compagnies aériennes, aéroports, autorités civiles, autorités militaires) et les relations étroites avec les écoles spécialisées dans l’aéronautique font également partie des actions que nous entretenons pour valoriser la marque employeur. Enfin, nous maintenons également en 2018 une politique d’alternance dynamique et nous favorisons l’accueil de stagiaires.

Comment voyez-vous l’évolution de l’emploi dans les prochaines années dans votre secteur d’activité ?
Dans les vingt prochaines années, nous prévoyons un doublement du nombre d’aéronefs en exploitation au niveau mondial. La production de ces aéronefs va engendrer de fortes demandes de production d’équipements d’avions nécessitant des audits et contrôle au sein de la supply chain. Aussi, les systèmes vont devoir s’adapter pour l’exploitation de ces avions. Ces adaptations vont nécessiter un accompagnement par le conseil, l’assistance et la formation de l’ensemble des acteurs de l’aéronautique ; prestations assurées par Bureau Veritas.

En conclusion ?

L’aéronautique est une affaire de passionnés ! C’est ce qui pousse les collaborateurs être créatifs et nous permet de fonctionner sur le modèle des startups. 

Propos recueillis par Pascale Kroll

> En savoir plus sur Bureau Veritas


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Ryanair lance un nouveau programme de formation de pilotes avec l'Aviomar Flight Academy
20/02/2020 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Ryanair, la première compagnie aérienne en Europe, a officiellement lancé aujourd'hui (20 février) un important partenariat de formatio...


Le groupe SII annonce 1600 recrutements en France
20/02/2020 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Le groupe SII, société de conseil en technologies, qui compte 9 agences en France et une présence internationale dans 18 pays, prévoit de r...


Nominations chez Thales
12/02/2020 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

- Jean-Loïc Galle, actuellement Directeur général adjoint Espace, sera nommé Directeur général Opérations et Performance...

Lire aussi :


08/10/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Opérationnel depuis février 2019, le Conversion Training Center (CTC) de Dassault Aviation, implanté à Bordeaux-Mérignac, vise à prendre en charge une partie de la formation des...


L'aviation générale retenue au sol par le manque de mécaniciens
03/10/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Si les problèmes de recrutement sont très présents dans l'industrie aéronautique et l'aviation commerciale, ils n'épargnent pas non plus l'aviation générale. La part du secteur re...


L'EPNER doit « maintenir un haut degré de compétences »
06/09/2018 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Depuis 1946, l'École du personnel navigant d'essais et de réception (EPNER) forme les futurs pilotes et ingénieurs dédiés aux essais en vol des aéronefs, aussi bien civils que mi...