ASCT International est en cours d'agrément par la DGAC pour la formation au CCA

Pascale Kroll
29/11/2018 | 842 mots | AEROCONTACT | CARRIÈRE
ASCT International est en cours d'agrément par la DGAC pour la formation au CCA © Michelle Chantureau, responsable logistique au sein ASCT International

Un entretien avec Michelle Chantureau, responsable logistique au sein ASCT International

Pouvez-vous nous présenter brièvement ASCT International ?

ASCT International est un centre de formation, créé en 2002 par Sébastien Caron. Il est spécialisé sur les métiers d’agents de sûreté aéroportuaire et d’agents de sécurité. Nous proposons de l’intra et interentreprises. Nous avons déposé auprès de la DGAC (direction générale de l’aviation civile) une demande d’agrément afin de proposer en 2019 des formations au CCA (diplôme d’hôtesse de l’air certifié). Nous sommes basés à Villepinte (1 400 m2 de locaux, 3 administratifs, des formateurs indépendants certifiés). Nous avons la particularité de disposer d’un fuselage de 737 200.

Quelles sont les formations initiales et continues proposées ?

Nous proposons des formations initiales pour deux diplômes : le certificat de qualification professionnelle de niveau 4 pour la sûreté (CQP ASA - agent de sûreté aéroportuaire) et celui de niveau 5 pour la sécurité (CQP APS - agent de prévention sécurité). Ces formations durent six semaines. Nous en dispensons huit par an pour les agents de sûreté. Elle sont plus nombreuses pour la sécurité : 21 formations sont programmées pour le premier semestre 2019. Nous attendons encore l’agrément pour les diplômes CCA.

En matière de formations continues, les agents de sûreté ont des formations obligatoires périodiques, d’une durée de trois jours, à réaliser tous les six mois. Les agents de sécurité ont un maintien de compétences à effectuer tous les cinq ans d’une durée de quatre jours (31h)

Quels sont les critères de sélection de vos formations ?

Pour entrer dans le métier d’agent de sûreté, le prérequis est d’être de nationalité française ou européenne. Il n’y a pas ce prérequis pour le métier d’agent de sécurité. Pour les deux métiers en revanche, il est nécessaire d’avoir un casier judiciaire vierge et de déposer un dossier au niveau du CNAPS (Comité national des activités privées en sécurité). Nous veillons donc dès l’entrée de la formation à respecter ces pré-requis.

Quelles sont les difficultés que vous constatez auprès de vos stagiaires ?

Ils peuvent déplorer des longueurs administratives : il faut obtenir une autorisation préalable du CNAPS (enquête de moralité) afin de pouvoir entrer en formation. Cela peut prendre de quatre à six semaines. Ils doivent également effectuer des démarches pour solliciter des aides.

Au-delà de ces aspects administratifs, ils doivent se rendre compte que la réussite aux examens est conditionnée à un fort investissement et travail tout au long de la formation. La formation d’agent de sûreté aéroportuaire allie théorie et pratique, avec trois niveaux : sauvetage secourisme, sécurité et sûreté.
L’obtention du diplôme, sanctionné par des jurys extérieurs, n’est pas garantie. Le taux de réussite pour les agents de sécurité est de 100 %. Pour la sûreté, il est de 90 % au 1er passage d’examen. Nous reprenons gratuitement ceux qui échouent.

Quel est le coût de vos formations ?

Le coût de la formation d’agent de sûreté aéroportuaire est de 1 490 € pour 200 heures. Celui d’agent de sécurité est de 1025 € pour 175 heures.

Quel regard portez-vous sur le métier ?

Je me rends compte que le niveau des jeunes a plutôt baissé, ou en tout cas ils n’ont pas forcément une idée du métier bien aboutie. Ils viennent à nos formations et au métier davantage par attrait pour le monde de l’aéroport mais ils ne se rendent pas forcément compte des contraintes liées aux métiers. Il faudrait qu’ils s’assurent que leur projet soit davantage mûri en amont.

> Découvrir les formations d'ASCT International


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


21/10/2020 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

L’intérêt des candidats pour les nombreux cursus proposés par l’ISAE-SUPAERO ne se dément pas. L’Institut enregistre en 20...


16/10/2020 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Bombardier a annoncé aujourd'hui qu'elle prévoit d’offrir au moins 1 000 nouveaux stages rémunérés au Canada pour l...


Ingénieur en Mécanique/Transports : se former à l'Université, c'est possible
15/10/2020 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Le Cursus Master en Ingénierie (CMI) Mécanique de Sorbonne Universit et le CMI Maintenance des systèmes pour l'Aéronautique et l'Un...

Lire aussi :


08/10/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Opérationnel depuis février 2019, le Conversion Training Center (CTC) de Dassault Aviation, implanté à Bordeaux-Mérignac, vise à prendre en charge une partie de la formation des...


L'aviation générale retenue au sol par le manque de mécaniciens
03/10/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Si les problèmes de recrutement sont très présents dans l'industrie aéronautique et l'aviation commerciale, ils n'épargnent pas non plus l'aviation générale. La part du secteur re...


La FFPLUM rappelle les pièges potentiels du dernier virage
02/08/2019 | AEROBUZZ | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Dans ce troisième et dernier épisode des tutos formation de la saison 2019, la Fédération Française d’ULM (FFPLUM) pointe le doigt sur une phase délicate de l’approc...