L'aviation générale retenue au sol par le manque de mécaniciens

Emilie Drab

03/10/2019 | 729 mots | AEROCONTACT | MAINTENANCE / MRO
L'aviation générale retenue au sol par le manque de mécaniciens © Troyes Aviation


Si les problèmes de recrutement sont très présents dans l'industrie aéronautique et l'aviation commerciale, ils n'épargnent pas non plus l'aviation générale. La part du secteur représentée par le GIPAG (Groupement des industriels et professionnels de l'aviation générale) représente 21 000 salariés et 80 entreprises mais son développement et sa rentabilité sont entravés par un très important manque de ressources humaines, notamment de techniciens de maintenance, confie Françoise Horiot, la présidente du syndicat et de Troyes Aviation.

Pour les sociétés membres du GIPAG, qui comptent une dizaine de sociétés de maintenance, le manque se situe autour de quatre-vingts à cent mécaniciens sur les avions de moins de 5,7 tonnes. Il concerne les mécaniciens structure mais le manque est aussi criant sur les postes de mécaniciens avioniques et câblage. La difficulté à recruter a deux causes : une cause technique, liée à la réglementation européenne, et une cause sociétale.

En ce qui concerne la première, Françoise Horiot regrette que l'aviation générale soit régie par les mêmes règles que l'aviation commerciale, qui ne correspondent pas à ses besoins et à la spécificité de ses activités : l'entretien d'avions monomoteurs, bimoteurs, biturbopropulseurs voire à réacteurs, parfois âgés de 25 à 30 ans, qui ne sont plus produits et très souvent importés des Etats-Unis. Selon la réglementation EASA, il faut cinq ans pour diplômer un mécanicien et lui faire obtenir une certification de type sur un appareil spécifique - auxquels s'ajoutent deux autres années pour qu'il puisse signer l'autorisation de retour en vol. Le GIPAG, avec ses homologues européens et notamment britanniques et allemands, intervient régulièrement auprès de l'EASA pour essayer de faire évoluer cette réglementation et alléger la part administrative qui ralentit les processus de formation et de recrutement.

Actuellement, et c'est un problème rencontré par Troyes Aviation par exemple, des clients veulent réaliser des chantiers mais les opérateurs doivent les décaler de plusieurs mois, faute de main d'oeuvre, au risque de voir les contrats leur échapper au profit de sociétés à l'étranger ou de mécaniciens free-lance.

Par ailleurs, l'aviation générale souffre de son manque d'attrait et de l'évolution des mentalités chez les nouvelles générations. Si elle accueille très régulièrement des jeunes en alternance et est capable de proposer un CDI très rapidement aux plus prometteurs, elle se heurte la plupart du temps à un refus. Françoise Horiot estime que ceci est dû à une plus grande mobilité et une volonté de s'installer plus tardivement. D'autres peuvent céder aux sirènes de plus grands groupes, qui proposent plus d'avantages sociaux même si le travail peut être moins varié. Pour remédier à ce problème spécifique, l'Education nationale envisagerait de créer un bac professionnel spécialisé dans la formation de mécaniciens sur avions de moins de 5,7 tonnes.

Dans le même temps, la population de mécaniciens a tendance à vieillir et l'aviation générale est en pleine vague de départs à la retraite - qui devrait se poursuivre durant deux à trois ans.

Côté pilotes, le secteur se porte bien. Les écoles de formation sont pleines, la demande est très forte mais Françoise Horiot doute que cette embellie dure et estime que les besoins retomberont dans dix-huit mois à deux ans.


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Pourquoi recruter un freelance en aéronautique ?
22/11/2022 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Pic d’activité ou besoin ponctuel d’une intervention spécialisée, le recours à un freelance se développe de plus en plus...


Amphitrite, Stratolia et Surge start-up lauréates de la 12e édition du prix Jean-Louis Gerondeau - Safran
17/11/2022 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Le prix Jean-Louis Gerondeau - Safran est attribué ce jour à trois start-up : Amphitrite, Stratolia et Surge. Les lauréats de cette 12e édi...


L'association Hanvol accompagne les personnes en situation de handicap vers l'emploi, par la formation en alternance
10/11/2022 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Pourquoi rejoindre l’aéronautique ?L’industrie aéronautique, spatiale et de défense recrute fortement grâce à la rep...

Lire aussi :


MRO : Lufthansa confie à EPCOR, filiale d'AFI KLM E&M, les APU de ses premiers Boeing 787-9
22/11/2022 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | MAINTENANCE / MRO

C'est peut-être le commencement d'une longue histoire. La compagnie aérienne allemande Lufthansa s'est tournée vers EPCOR, la filiale à 100% d'Air France Industries KLM Engine...


Sanad s'attaque désormais à l'Asie-Pacifique et s'associe au MRO indonésien GMF AeroAsia
17/11/2022 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | MAINTENANCE / MRO

C'est aussi l'une des retombées indirectes des échanges du Sommet des dirigeants du G20 qui s'est tenu à Bali cette semaine. Sanad, filiale du groupe d'investissement Mubada...


AFI KLM E&M intègre le réseau de soutien de Pratt & Whitney pour les PW1500G
08/11/2022 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | MAINTENANCE / MRO

Air France Industries KLM Engineering & Maintenance (AFI KLM E&M) a désormais officiellement rejoint le réseau mondial de soutien des PW1500G de Pratt & Whitney. Un accord...