Start People proche des bassins aéronautiques

Claude Bigeon
06/11/2019 | 1906 mots | AEROCONTACT | CARRIÈRE
Start People proche des bassins aéronautiques © Guillaume de Marolles est Responsable Emploi Intérimaire/Sourcing au siège de Start People. Ph. Strat People

Start People est un réseau d’agences d’intérim qui fait partie d’un groupe japonais. Guillaume de Marolles, Responsable Emploi Intérimaire/Sourcing au siège de Start People depuis 2013, nous explique comment fonctionne cette société qui travaille sur l’humain et Stéphanie Dourthe, la responsable (depuis plus de deux ans) de l’agence de Start People Colomiers nous raconte le quotidien d’une agence au cœur d’un bassin aéronautique.
 

Aerocontact : Pouvez-vous nous présenter Start People ?

Guillaume de Marolles : Start People France est une filiale du groupe USG People, rachetée en 2015 par le Groupe japonais Recruit. C’est un réseau de 220 agences d’intérim et de recrutement, principalement situées dans des petites et moyennes villes. Nous sommes un réseau de proximité, positionné principalement sur les cols bleus, mais nous avons aussi un savoir-faire sur les cols blancs. Nous avons développé un réseau spécialisé dans le nucléaire depuis quelques années et maintenant un réseau dans le BTP.

Vous êtes un réseau d’agences d’intérim généraliste. Quelles sont vos agences concernées par le secteur aéronautique et quels profils proposent-elles ?
G. D. : Celle de Colomiers est au cœur d’un bassin aéronautique, près de Toulouse, mais il y a également, les agences de Pau, Mérignac, La Rochelle, Sens, Chatellerault qui sont amenées à travailler avec des entreprises de cette filière.

Le secteur aéronautique a dû mal à recruter. Comment pouvez-vous l’aider ?
G. D. : C’est une problématique nationale. Certains secteurs étant plus en tension que d’autres. Elle n’est pas spécifique au milieu de l’aéronautique. Nous avons dû diversifier nos canaux de sourcing en recourant à des sites emplois spécialisés comme Aérocontact, mais aussi en travaillant au plus près avec nos partenaires emploi (Pôle Emploi, organismes et écoles de formation, centres de reclassement…), les réseaux sociaux comme Facebook et Linkedin.

Nous nous sommes aussi rapprochés des antennes d’aide à la reconversion des militaires. Ce sont des candidats potentiels, ayant pour certains profils une expertise métier reconnue dans l’aéronautique (maintenance, réparation, montage/démontage de pièces d’aéronefs…). Ce sont des candidats formés au sein de l’armée, connaissant les procédures, les règles de sécurité… Et enfin, nous promouvons le parrainage auprès de nos intérimaires afin qu’ils puissent nous recommander des candidats en adéquation avec les besoins de l’agence. Dès que le parrainage est confirmé, le parrain peut gagner jusqu’à 100 euros.

En 2019, certaines de vos agences ont proposé ou proposent des formations rémunérées avec un CDI intérimaire à la clé. Est ce un procédé efficace pour attirer des candidats ?
G. D. : Nous avons évoqué différents moyens pour trouver les candidats. La formation est un levier qui permet de faire évoluer des candidats vers des métiers plus techniques ou un nouveau secteur d’activité. Par exemple, nous pouvons promouvoir la transversalité de compétences ou la polyvalence de candidats. Ainsi, un peintre carrossier accompagné par une formation peut devenir peintre dans l’aéronautique. Un CDI intérimaire peut être proposé à l’issue d’une formation. C’est un acte engageant de Start People et rassurant pour le candidat qui peut plus facilement se projeter dans la durée. C’est une façon de fidéliser un candidat, de le suivre, de l’accompagner et de le faire évoluer au fil de ses différentes missions.

Vos agences organisent des événements, comme des jobs dating. Quels sont les retours?
G. D. : Nos agences réalisent régulièrement sur le terrain des actions de sourcing, sous forme de jobdating, afterwork, session de recrutement, salons… en collaboration avec nous partenaires emplois. Nous travaillons, ainsi, beaucoup avec Pôle Emploi et ses antennes dans le cadre de l’opération #VersUnMétier.
Nous sommes au plus proche du bassin d’emploi de chaque agence et adaptons les actions, modes de communication (réseaux sociaux, radio, affichage…). Le digital est devenu un levier incontournable pour se faire connaître auprès de nos futurs candidats.

Ces actions de proximité nous permettent d’associer nos clients, nos partenaires dans notre démarche de recrutement et la mise à l’emploi de candidats. Concrètement, nos agences rencontrent et trouvent de plus en plus régulièrement de nouveaux talents par cette approche, des candidats motivés par les postes proposés. Notre activité touche à l’humain et dans l’univers de l’aéronautique plus qu’ailleurs.

L’Agence de Colomiers est située au cœur d’un bassin d’entreprises aéronautiques importantes. Quelle est la part de l’aéronautique dans les postes proposés et quels sont les profils recherchés ?
Stéphanie Dourthe : Notre agence est spécialisée dans l’industrie, y compris l’aéronautique qui occupe une part majoritaire, 60 %. Dans la région de Toulouse, il y a deux autres agences spécialisées : une dans le transport et la logistique (hors aéronautique) puis une autre dans le BTP. 

Dans l’aéronautique, on recrute dans tous les métiers de la production, les « cols bleus » et les fonctions supports, « les cols blancs ». Dans le tertiaire, on retrouve les postes d’ingénieurs, les achats, la comptabilité, la supply chain… Les profils les plus recherchés sont surtout dans la production, les chaudronniers, soudeurs, les mécaniciens, mais également dans les fonctions supports et les supports techniques.

Quels moyens utilisez vous pour recruter dans le secteur aéronautique ?
S. D. : Un bon candidat se source par une veille permanente. Nos consultants sont connectés sur les cvthèques, jobboards et réseaux sociaux afin de trouver les bons profils, pour proposer le plus rapidement les meilleurs candidats à nos clients.

Nous avons un premier filtre de 5 à 7 questions pour valider son employabilité au sein de notre agence. Ces questions sont basées  sur sa recherche d’emploi, son parcours, ce qu’il recherche et son expérience dans cette activité. De plus en plus de clients ont conscience qu’il faut former pour avoir le personnel adapté et l’accompagner dans l’entreprise. Ainsi, beaucoup d’entreprises clientes ont créé leur propre centre de formation. Nous sommes bien sûr en contact avec les principaux partenaires de l’emploi comme Pôle Emploi, les missions locales, les organismes des formations. Et nous travaillons aussi avec des sociétés partenaires pour la formation comme par exemple AAA pour les formations de Supports Techniques.
Une des problématiques du bassin de Toulouse qui regroupe de gros donneurs d’ordre comme Airbus (qui ont beaucoup embauché et formé), c’est l’assèchement du potentiel dans la région. Nous menons donc nos recherches de candidat sur l’ensemble de l’hexagone. Un autre avantage que nous proposons aux candidats est de leur trouver un logement s’ils résident à plus de 70 kilomètres du lieu de travail. Dans ces cas, nous proposons une solution de logement clé en main en cas de recrutement grâce à un partenariat avec Ciléo Habitat.

Quelles sont les perspectives d’évolution au sein de la filière aéronautique par le biais de l’intérim ?
S. D. : L’intérim est une opportunité pour multiplier les expériences et enrichir son parcours professionnel, pour monter en compétences et pour se former. L’intérim peut durer 18 mois et jusqu’à 36 mois avec le CDI intérimaire. Là encore, cela permet de fidéliser et de donner un accès privilégié à la formation. Une fois embauché chez nos clients, l’évolution d’un candidat va dépendre de deux facteurs : de la politique de l’entreprise et de son potentiel à évoluer.

Souhaiteriez vous évoquer un autre point ?
S. D. : Aujourd’hui, c’est très important d’avoir une très bonne connaissance du client pour recruter les candidats les plus adaptés. Nous réalisons donc des études de poste sur le terrain qui permettent de découvrir la culture de l’entreprise et l’environnement de travail. Ainsi, nos consultants sont mieux armés pour évaluer les compétences nécessaires. En effet, la fiche de poste ne montre pas toutes les contraintes liées au poste, comme un accès difficile au poste de travail, par exemple. Quand on travaille dans la fabrication des avions, il faut parfois rentrer dans un espace confiné, travailler en hauteur. De plus, cela permet de mieux sensibiliser les candidats à la prévention des accidents du travail puisque les consultants Start People leur donne une culture sécurité adaptée au domaine d’activité concerné.

L’aéronautique attire beaucoup de monde, mais tout le monde n’est pas fait pour y travailler. Nous avons donc aussi développé des outils de matching très fins selon les compétences, pour les hard et les soft skills. Au delà des compétences techniques, les clients sont très attentifs au savoir être comme l’envie d’apprendre, l’implication, le goût de l’effort, la civilité, le respect du matériel.

Propos recueillis par Claude Bigeon

Start People recrute


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


La Compagnie fait évoluer son organisation pour consolider son business model et poursuivre son développement sur la clientèle Affaires.
05/12/2019 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Créée il y a 5 ans, La Compagnie se lançait le défi de réinventer la classe Affaires en une expérience exclusive et &agr...


Didier Le Boulc'h reçoit le trophée de l'ingénieur manager par l'Usine Nouvelle
05/12/2019 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Lors de la cérémonie des trophées ingénieur du futur organisée par l’Usine Nouvelle et qui s’est déroulée ...


Safran inaugure un centre de formation à la maintenance du M88 sur la base aérienne d’Istres
04/12/2019 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Safran Aircraft Engines inaugure ce jour un centre de formation à la maintenance du moteur du Rafale sur la base aérienne 125 d'Istres (Bouches-du-Rh...

Lire aussi :


08/10/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Opérationnel depuis février 2019, le Conversion Training Center (CTC) de Dassault Aviation, implanté à Bordeaux-Mérignac, vise à prendre en charge une partie de la formation des...


L'aviation générale retenue au sol par le manque de mécaniciens
03/10/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Si les problèmes de recrutement sont très présents dans l'industrie aéronautique et l'aviation commerciale, ils n'épargnent pas non plus l'aviation générale. La part du secteur re...


L'EPNER doit « maintenir un haut degré de compétences »
06/09/2018 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Depuis 1946, l'École du personnel navigant d'essais et de réception (EPNER) forme les futurs pilotes et ingénieurs dédiés aux essais en vol des aéronefs, aussi bien civils que mi...