Safran : « Être architecte système, c’est faire en sorte que 1 + 1 = 3 ! »

Safran

30/11/2020 | 1033 mots | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE
Safran : « Être architecte système, c’est faire en sorte que 1 + 1 = 3 ! » © Safran. Audrey Venon

Recrutée chez Safran Electronics & Defense après ses études d’ingénieur, Audrey, 37 ans, est aujourd’hui architecte système au sein du Centre d’excellence Systèmes optroniques. Très investie dans son poste, elle consacre également du temps à des initiatives développant la capacité d’innovation et l’attractivité de Safran. Portrait d’une femme épanouie dans son travail.

Quel est votre parcours professionnel ? 

Attirée depuis toujours par la technique, j'ai intégré l'école d'ingénieurs Supélec avec une option Automatique. J'ai effectué mon stage de fin d'études chez Safran Electronics & Defense puis  j'ai été recrutée en tant qu'ingénieur automaticienne. Puis, très vite, je me suis orientée vers l'architecture système.

En quoi consiste votre métier ? 

Je participe à la conception et au développement de systèmes optroniques complexes aéroportés, comme des caméras embarquées pour hélicoptères. J'interviens très en amont des projets, pour trouver les meilleures solutions entre différents domaines (mécanique, optique, logiciel, électronique…) dans le respect des contraintes de coûts et de délais. C'est cette dimension multi-métiers qui me plaît dans l'architecture système. Cela revient en quelque sorte à faire que 1 + 1 = 3 ! C'est une compétence stratégique pour le Groupe, car si on n'effectue pas les bons choix techniques dès le début, les conséquences pèseront tout au long de la vie des produits.

Comment avez-vous évolué vers ce domaine ?   

À l'époque, l'ingénierie système n'était pas enseignée en école d'ingénieurs. Je me suis donc formée sur le terrain chez Safran Electronics & Defense. Il y a cinq ans, j'ai eu la chance de pouvoir suivre une formation diplômante d'une année proposée par Safran University. C'est tout d'abord une belle reconnaissance ! De plus, cela m'a permis d'acquérir une  méthode qui facilite mes échanges avec les différentes entités du Groupe sur les problématiques d'architecture système.

Vous êtes formatrice et coach en ingénierie système au sein de votre société, en quoi cela consiste-t-il ?

Un an après la fin de ma formation, j'ai contribué à créer une version courte de celle-ci, de quelques jours, que je dispense à raison de deux à trois sessions par an. Je coache aussi un collaborateur qui est inscrit à la formation Safran University dans la réalisation de son mémoire de fin d'études. Je me suis investie dans ces actions parce que je crois à la capitalisation par la méthode. Il est important de construire un socle commun de connaissances, une méthodologie commune, auxquels tout le monde doit pouvoir se référer A mon sens, cela facilite grandement les mobilités, nombreuses au sein du Groupe.

En quoi transmettre son savoir est-il important pour vous ? 

J'ai toujours aimé partager mes connaissances, je le faisais déjà avant d'être architecte système. J'apprécie les échanges que cela suscite, l'impression de voir grandir les gens… C'est une expérience très enrichissante.

Vous vous impliquez également dans d'autres initiatives au sein de votre société et du Groupe, lesquelles ? 

Je fais partie du réseau d'ambassadeurs Safran auprès de mon ancienne école, ce qui m'amène à intervenir auprès des étudiants pour présenter le Groupe, ses produits, ses métiers et ses opportunités. Il est encore difficile de recruter en ingénierie système et il est important pour Safran d'entretenir un lien avec les jeunes ingénieurs qui seront sur le marché de l'emploi dans les années à venir. Je suis aussi e-ambassadrice Safran et j'interviens à ce titre sur les réseaux sociaux professionnels pour faire connaître le Groupe. Par ailleurs, je suis marraine de deux mentions CentraleSupélec – Automatique et Systèmes – pour lesquelles j'organise des événements comme des visites de sites et des rencontres avec d'autres ambassadeurs Safran. Au sein de Safran Electronics & Defense, j'ai participé à deux challenges internes sur l'innovation, dont l'objectif était de favoriser l'émergence de nouvelles idées, de nouveaux marchés ou de nouveaux produits. J'encadre aussi le Black Out Challenge, qui est un équivalent pour les étudiants. J'aime l'émulation que génèrent ces événements.

Comment envisagez-vous la suite de votre carrière ?

Je viens de prendre mon poste sur les systèmes optroniques et il y a beaucoup à découvrir ! Je m'y vois rester quelques années. Ensuite, peut-être aurais-je des opportunités d'évolution dans d'autres sociétés du Groupe. Dans l'avenir, j'aimerais également prendre des responsabilités de management. Je suis reconnue aujourd'hui pour ma capacité à embarquer des équipes dans la recherche de solutions optimales, je vois donc le management comme une suite logique dans mon parcours professionnel.


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Eric Trappier nommé Président du CIDEF
05/03/2021 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Eric Trappier, Président du GIFAS et Président-Directeur Général de Dassault Aviation, a été nommé le 1er mars 2021, &...


Steve Allen nommé à la tête des opérations internationales de dnata
04/03/2021 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Le groupe Emirates annonce la nomination de Steve Allen au poste de vice-président exécutif de dnata, un des principaux fournisseurs de services aé...


1200 emplois, 95 millions d'euros dans les Hauts-de-France, l'Aéroport de Beauvais, créateur d'emploi et de richesses
25/02/2021 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Depuis 10 ans, le SMABT et la SAGEB mesurent les retombées Sociales et Economiques de l’Aéroport. Alors que la pandémie de Covid-19 frappe d...

Lire aussi :


Toute l'actualité aéronautique en France cette semaine
05/03/2021 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Industrie & Technologie Dassault Aviation vise les livraisons de 25 Rafale et 25 Falcon en 2021 Dassault Aviation a publié un chiffre d'affaires amputé d'un quart de s...


Dassault Aviation vise les livraisons de 25 Rafale et 25 Falcon en 2021
05/03/2021 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Dassault Aviation a vécu une année extraordinaire mais qui l'a conforté dans la pertinence de son modèle dual. Le groupe a ainsi publié un chiffre d'affaires amputé d'un quart de ...


Les services pour moteurs civils seront la clé de la profitabilité de Safran cette année
04/03/2021 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | MAINTENANCE / MRO

Les activités après-vente pour moteurs civils de Safran ont résisté à l'ampleur de la crise l'année dernière et ce sont elles qui décideront sans doute du niveau de profitabilité du g...