Portrait croisé entre un apprenti et son tuteur à l'atelier industriel de l'aéronautique

Armée de l'Air et de l'Espace

28/05/2021 | 787 mots | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE
Portrait croisé entre un apprenti et son tuteur à l'atelier industriel de l'aéronautique © Armée de l Air et de l Espace

Au sein de l’atelier de mécanique générale de la division Matériels de Servitudes Embarqués et Environnement (MSEE), Cédric, technicien confirmé en usinage, est le tuteur de Benjamin, élève en bac professionnel dans ce domaine. Entre eux, le match a été parfait : l’apprenti marche dans les pas de son tuteur, qui a à cœur de lui transmettre ses savoir-faire.

Votre parcours ?

C. : Je suis arrivé à l’atelier industriel de l’aéronautique (AIA) « par la petite porte » en 1998, en tant qu’apprenti. Ces deux années m’ont permis de valider mon bac professionnel productique mécanique, option usinage à l’AFPMA*. Après l’obtention de mon diplôme et un passage par le privé, j’ai réussi le concours d’ouvrier qui m’a permis de réintégrer l’AIA en mars 2002.

B. : Quand je me suis rendu compte que le bac général n’était pas fait pour moi, j’ai bifurqué vers un bac professionnel technicien d’usinage à l’AFPMA*, le même que Cédric ! Lors de ma recherche d’entreprise, je me suis rappelé de l’atelier mécanique que j’avais visité pendant mon stage de 3e à la chaudronnerie de l’AIA : j’avais été marqué par la variété des pièces produites. Cela va faire deux ans que je suis en formation à l’atelier mécanique et je passe mon bac dans quelques semaines. Pour la suite, je recherche une entreprise pour poursuivre en BTS conception production réalisation de produits, en alternance.

Votre métier ?

C. : Le cœur de mon métier consiste à réaliser des pièces en utilisant différentes machines-outils conventionnelles (manuelles et mécaniques) ou à commande numérique (on parle alors de fabrication assistée par ordinateur). Les pièces usinées doivent être conformes au plan et au dossier de conception validés en collaboration avec le bureau d’études et le bureau méthodes.

B. : J’ai démarré petit à petit sur les machines-outils basiques, comme le tour conventionnel et la fraiseuse, pour découvrir le poste de travail. Cédric a réussi à me mettre en confiance tout de suite dans ce monde de l’usinage et j’essaie de marcher dans ses pas. Désormais, je suis capable de créer une pièce finie en partant de zéro.

Pourquoi l’apprentissage ?

C. : En tant qu’apprenti, j’ai eu la chance d’avoir d’excellents tuteurs, à la fois humainement et professionnellement : ils ont toujours pris le temps de me montrer et de m’apprendre les techniques. Former un apprenti est pour moi une manière de boucler la boucle en transmettant à mon tour mes savoir-faire.

Dans notre domaine qui manque de main-d’œuvre qualifiée, cela permet de créer un vivier expérimenté pour le recrutement. On s’aperçoit aussi que d’avoir un apprenti dans l’atelier est bénéfique pour tout le monde, chacun peut partager son expérience.

B. : Pouvoir toucher aux machines et ne pas juste lire dans un livre comment elles fonctionnent me plaît beaucoup. Et pour trouver du travail dans mon domaine, il est aussi préférable d’avoir de l’expérience en atelier.

Un conseil ?

C. : Je conseillerais à tout le monde de prendre un apprenti : c’est motivant et valorisant de transmettre. C’est une super expérience !

B. : Marcher dans les pas de son tuteur et savoir s’adapter aussi. Être une éponge, absorber ce qu’on nous dit pour le mettre en pratique et se dire : « La prochaine fois, je n’ai pas besoin d’aller lui demander. »


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Habiter Venus : le projet audacieux de Thibaut Pouget (IPSA promo 2017)
22/07/2021 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Il n'y avait pas qu'Emma et Hugo à participer à la dernière édition du GLEX, le congrès spatial international orga...


Le conseil d'administration de Latécoère approuve une augmentation de capital d'un montant d'environ 193 millions d'euros et fait évoluer la gouvernance du Groupe
15/07/2021 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Approbation d'une augmentation de capital d’environ 193M€ entièrement garantie par Searchlight Capital Partners, dans le cadre d'une recapita...


SWISS nomme Marco Willa Head of Regional Sales Switzerland
06/07/2021 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Le 1er septembre 2021, Marco Willa prendra chez SWISS ses fonctions de nouveau directeur régional des ventes pour la Suisse (Head of Regional Sales Switzerland)...

Lire aussi :


Pour Thales, « les années à venir vont être des années de forte accélération vers plus de technologie » en aéroport
28/07/2021 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Invités du Podcast de l'Aviation cette semaine, Lionel Salmon, directeur Stratégie et marketing, Systèmes de protection de Thales, et Youzec Kurp, vice-président Identité et bio...


L'actualité aéronautique en continu tout l'été sur le Journal de l'Aviation
27/07/2021 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

L'équipe du Journal de l'Aviation reste mobilisée cet été. L'actualité aéronautique ne s'arrête pas durant la période estivale et la rédaction va continuer à assurer une importante veil...


Dassault Aviation proposera une version PATMAR du Falcon 10X
23/07/2021 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Dassault Aviation confirme qu'il proposera à la France une version de patrouille maritime (PATMAR) du futur Falcon 10X. L'information a été annoncée par Éric Trappier, le PDG...