#LoveMySafranJob : « L'intrapreneuriat est une aventure humaine »

Safran

07/10/2021 | 1320 mots | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE
#LoveMySafranJob : « L'intrapreneuriat est une aventure humaine » © Safran

Après 17 ans d’expérience dans l’aéronautique, Céline Colonna-Ceccaldi s’est lancée dans l’aventure de l’intrapreneuriat en participant au programme « We love intrapreneurs » de Safran. À 41 ans, la jeune femme s’épanouit dans son projet… tout en réfléchissant à la suite de sa carrière !

Comment êtes-vous arrivée chez Safran ?

J’ai suivi une formation d’ingénieur généraliste à l’Université de Technologie de Compiègne, avec une spécialité en mécanique et matériaux. Passionnée par l’aéronautique, je me suis naturellement orientée vers ce secteur et suis entrée chez Zodiac Aerospace comme chef de projet. J’ai ensuite rejoint Safran Landing Systems trois ans plus tard en tant qu’ingénieure en chef. J’ai piloté pendant 10 ans des projets de développement de roues et freins d’avions, de systèmes de freinage pour hélicoptères, de support des équipements en service et également de support aux essais en vol. J’ai ensuite créé et managé une équipe de chefs de projets Recherche & Technologie.

Qu’appréciez-vous chez Safran ? 

J’ai trouvé au sein du Groupe une autonomie, une liberté et une confiance qui m’ont permis d’entreprendre et de prendre des initiatives. Elles ont constitué les principaux fils conducteurs de mon parcours. L’autre facteur de motivation a été le défi : j’ai souvent été sollicitée pour les relever, en redynamisant des projets ou des équipes. J’ai participé à des réalisations marquantes, comme la campagne d’essais sur avion d’un nouveau frein carbone, la certification des roues et freins 737 MAX ou encore le support aux essais en vol de l’hélicoptère H160. Ma carrière chez Safran m’a permis de me sentir utile en partageant mon expérience et d’apprendre sans cesse pour devenir de plus en plus performante et efficace.

Vous avez quitté votre dernier poste pour devenir intrapreneure, comment cela s’est-il passé ? 

Lorsque le programme d’intrapreneuriat a été lancé chez Safran en 2019, j’ai été sollicitée pour rejoindre une équipe projet qualifiée en phase finale. Il s’agissait du projet Run[waiz], une solution logicielle innovante capable de fournir les conditions d’adhérence des pistes aux aéroports et aux compagnies aériennes pour sécuriser et optimiser les opérations aéroportuaires. Curieuse et animée par l’envie d’entreprendre, j’ai participé à une formation d’intrapreneurs organisée en partenariat avec l’EM Lyon Business School, en parallèle de mon poste de l’époque. Notre projet faisant partie des deux lauréats sélectionnés pour poursuivre l’aventure dans l’accélérateur interne du Groupe, j’ai quitté mon poste pour rejoindre l’incubateur et m’y investir complètement.

Quel est votre rôle dans le projet ? 

Au sein de l’équipe Run[waiz], mon objectif à court terme est de décrocher un premier client aéroport et une compagnie aérienne partenaire pour réaliser une démonstration taille réelle. Bien qu’ayant une formation et une expérience d’ingénieur, je me suis tournée aujourd’hui vers du marketing et du business development, tout en assurant le rôle de coordinatrice du projet.

Que vous apporte l’intrapreneuriat ? 

C’est un travail collectif et une véritable aventure humaine ! Le chemin est souvent semé d’embûches et de défis qui poussent au questionnement, à la prise de hauteur et à la remise en cause. Cela me plaît et me motive énormément. J’aime également le défi consistant à convaincre régulièrement nos investisseurs internes de poursuivre notre projet. Ces échéances m’incitent à me dépasser. D’une façon générale, l’intrapreneuriat est pour moi un levier d’innovation, de progression et d’action. Il me permet de sortir de ma zone de confort et d’élargir mes domaines de compétences. C’est très enrichissant ! Enfin, je suis fière d’avoir fait partie des trois femmes nommées au prix Les Margaret* en mars 2021, dans la catégorie Intrapreneure Europe.

Quelle suite envisagez-vous pour votre carrière ? 

À très court terme, j’aimerais voir se concrétiser le projet Run[waiz] avec une première vente. Ensuite, je souhaiterais m’engager dans la transition de Safran vers un monde plus durable (un travail qui a déjà commencé). En effet, le secteur aéronautique vit une crise sans précédent et se trouve à un tournant. Il me tient à cœur de contribuer à construire le Groupe de demain. Je ressens aussi l’envie de transmettre mon expérience, mes connaissances et mes compétences en manageant une équipe.

Vous êtes très active en dehors de votre travail, qu’est-ce que cela vous apporte ? Faites-vous un lien entre votre métier et cet investissement ? 

Je suis bénévole à la Ligue contre le cancer en tant qu’« écoutante » auprès de patients malades. C’est une cause qui me tient à cœur. Cette activité est en stand-by depuis le Covid, alors je me suis engagée bénévolement dans la transition écologique, qui est un autre sujet pour lequel je me passionne et m’investis. Avec une équipe de 5 personnes nous sommes en train de créer un projet de tiers-lieu environnemental et de recyclerie dans ma communauté de communes. Mon expérience d’intrapreneure m’aide beaucoup pour convaincre les élus locaux, chercher des financements et construire le business plan du projet.

Quel est votre moteur pour mener de front autant de projets ? 

Je pense que c’est dans ma nature ! Mes collègues me décrivent comme une femme énergique, engagée, qui aime les défis et qui a l’esprit d’initiative. Et il est vrai que les personnes que je trouve les plus inspirantes sont les personnes battantes, persévérantes et généreuses, qui donnent d’elles-mêmes et qui s’engagent pour les autres. C’est ce qui me motive au quotidien, aussi bien dans ma vie professionnelle que personnelle.


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Magali Jobert, 43 ans, prend la tête de l'AFMAé-CFA des Métiers de l’Aérien
14/10/2021 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

PortraitEn 1994, à 16 ans, Magali Jobert quitte l’Ile de la Réunion pour rentrer à l’Ecole technique d’Air France devenue le CFA...


Commission des Titres d'Ingénieur : de nouvelles accréditations pour l'IPSA !
13/10/2021 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

L’IPSA annonce le renouvellement de son accréditation par la Commission des Titres d’Ingénieur (CTI), incluant désormais la 4e et 5e a...


Barfield nomme Sébastien Losy, vice-président de GSTE, Commerce et Distribution
12/10/2021 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

La filiale américaine d'AFI KLM E&M Barfield nomme Sébastien Losy, vice-président de GSTE, Commerce et Distribution.Barfield Inc, filiale ...

Lire aussi :


Comment la famille A320neo d'Airbus a déjà fortement contribué à la réduction des émissions du transport aérien
14/10/2021 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

La décarbonation de l'aviation dépendra grandement, on le sait, du taux de renouvellement des appareils au sein des flottes des compagnies aériennes. Moins gourmands en carb...


Nouveaux paradigmes pour une aviation commerciale plus durable
12/10/2021 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

L'essor des Biocarburants Aériens Durables (SAF - Sustainable Aviation Fuel) va désormais être primordial pour pouvoir remplir les objectifs de réduction des émissions de CO2 du...


Aviation d'affaires : encore du mieux, mais pas de reprise solide des ventes de jets neufs avant 2025
11/10/2021 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Alors que va se tenir dans les prochaines heures à Las Vegas la convention NBAA-BACE, traditionnelle grand-messe de l'aviation d'affaires, le motoriste et équipementier am...