Contrôleur de défense aérienne


© EMA / armée de l'Air - EMA / armée de l'Air
Le contrôleur de défense aérienne s’occupe de la détection au radar et avec d’autres appareils de surveillance, de toute anomalie susceptible de nuire à la sécurité aérienne dans sa zone. À cet effet, il contrôle le déplacement de tous les aéronefs en vol et qui se trouvent dans son périmètre.

Missions


• Assurer la surveillance des avions
• Mettre en œuvre des procédures d’alerte et d’interception
• Prendre en main la régulation de la circulation aérienne dans sa zone et sur les aérodromes, en communiquant avec l’équipage en vol
• Guider et assister les appareils en difficulté
• Participer à des missions de recherche et de sauvetage

Compétences


• Excellentes connaissances des appareils de surveillance radar
• Aptitude à identifier et à caractériser les menaces relatives à la sureté aérienne
• Solides connaissances en navigation aérienne
• Sens du dialogue
• Faculté à communiquer et à gérer les situations d’urgence
• Maîtrise de l’anglais

Formations


La fonction de contrôleur de défense aérienne est accessible aux détenteurs d’un bac scientifique, d’un bac pro ou d’un bac technologique. Un diplôme de licence aidera cependant le postulant à mettre toutes les chances de son côté. Enfin, une formation spécialisée est proposée aux candidats admis après la sélection, et cela, en fonction de leurs orientations.

Salaire


Le contrôleur de défense aérienne est rémunéré à raison de 1300 à 1800 euros nets par mois, en début de carrière.

Évolutions de carrière


Le contrôleur de défense aérienne a droit à une promotion et à de l’avancement selon leur efficacité et les expériences acquises. Après une dizaine d’années par exemple, il peut prendre en charge la supervision ou la direction d’une unité de contrôle aérienne.

Autres appellations


• Contrôleur de circulation aérienne
• Contrôleur aérien