langue fr Armée de Terre - 26/08/2019

LIBÉRATION DE PARIS AVEC LE 501e RCC

Fin août 1944, la libération de Paris se précise. Le 19 août, linsurrection parisienne est déclenchée par le comité parisien de la Libération. Paris se couvre de barricades. Le 24 août au soir, les premiers chars de la 2e division blindée arrivent sur le parvis de lHôtel de Ville.

Sous les ordres du commandant du Gross Paris, le général Von Choltitz, les Allemands disposent de 20 000 hommes, 80 chars, 6 pièces dartillerie, 23 canons de 150 et 105 millimètres, 35 pièces de 75 et 88 ainsi que quelques unités de Waffen SS. A linverse, les Forces françaises de lintérieur (FFI) sont estimées à moins de 20 000 hommes, ne disposant daucun armement lourd.

Paris se couvre de barricades, tandis que les Allemands se retranchent dans plusieurs points forts : lÉcole militaire, le Sénat et la caserne des Célestins. La situation est complexe : les Allemands nont pas les moyens de réduire les barricades, tandis que les FFI ne sont pas suffisamment puissantes pour semparer des points dappui allemands. La solution ne peut venir que de lextérieur.

Le 22 août, après lintervention du général de Gaulle auprès dEisenhower, lautorisation est donnée par Bradley à la 2e DB, de « marcher sur Paris ». Sextrayant immédiatement du bourbier normand Leclerc regroupe en 24 heures sa division à Rambouillet. Lordre pour le 24 est simple : semparer de Paris.

Après de faux renseignements lui indiquant que la RN 10 est sous contrôle déléments blindés, il fait effort par la RN 20 : Billotte vise la Porte dOrléans et Dio la Porte dItalie. Il se couvre à hauteur de laxe Versailles-Paris en indiquant comme premier bon à Langlade le Pont de Sèvres. Ce faisant, il piétine, tombant sur le gros de la défense allemande, et ce nest quune petite partie du détachement qui atteint lHôtel de Ville.

Le 25, ayant appris que Von Choltitz était prêt à se rendre. ll fait ensuite converger ses groupements vers le centre. Von Choltitz est capturé avant de capituler. De Gaulle retrouve alors Leclerc à Montparnasse avant de rejoindre lHôtel de Ville où il prononce ces phrases restées célèbres : « Paris outragé, Paris brisé,, Paris martyrisé, mais Paris libéré ! ».