HELIDAX en phase de développement

Claude Bigeon
08/01/2020 | 1289 mots | AEROCONTACT | CARRIÈRE
HELIDAX en phase de développement © HELIDAX

Basée à Dax, dans les Landes, HELIDAX était composée essentiellement d’anciens militaires lors de sa création il y a une dizaine d’années. Petit à petit, cette proportion a baissé pour atteindre 60% actuellement. Cette PME qui grossit régulièrement conserve des valeurs d’entraide, d’exigence et de passion issues de ses origines. Rencontre avec Céline Raffestin, la Responsable RH de HELIDAX, pour mieux comprendre son fonctionnement et ses besoins.

Pouvez-vous présenter l’activité d’HELIDAX ?
Céline Raffestin : HELIDAX est une société de maintenance aéronautique spécialisée dans les hélicoptères créée en 2008 dans le cadre d’ un PPP (Partenariat public-privé) pour fournir des heures de vol requises pour la formation de base et le perfectionnement des pilotes d’hélicoptères des armées françaises, de la gendarmerie nationale et de l’armée belge. HELIDAX met ainsi à disposition une flotte unique au monde de 36 hélicoptères H120, modifiés en configuration NHE (Nouvel Hélicoptère Ecole) baptisé CALLIOPE, et les services de maintenance associés. Chaque année, une moyenne de 20 000 heures de vol est réalisée à bord de la flotte des NHE.

Vous avez décroché un nouveau contrat en 2019 ?
C.R. : oui, en janvier 2019, HELIDAX a démontré sa capacité à se développer en remportant le contrat de  maintenance de 18 hélicoptères FENNEC / AS555N de l’ALAT (Aviation Légère de l’Armée de Terre), basée au Cannet des Maures (Var) au sein de la Base Ecole Général LEJAY (BEGL), ainsi qu’à Etain (Meuse) au sein du 3ème régiment d’hélicoptère de combat, Base Lieutenant MANTOUX. Ce contrat, d’une durée de 10 ans,  concerne la mise en œuvre, le maintien en condition opérationnelle et la mise à disposition d’heures de vol des 18 hélicoptères FENNEC.
Grace à ce contrat, nous diversifions notre activité et nos compétences avec la création d’emplois : Nous sommes passés de 70 à 95 salariés cette année, soit une évolution de +  35% de notre effectif.

Où en êtes vous dans vos projets de recrutement ?
C.R. : Nous continuons notre développement. Au début de l’année 2020, nous ouvrons un poste de Mécanicien B1-3 à Dax sur H120 et un deuxième poste de Mécanicien B1-3 au Cannet des Maures pour travailler sur H120 et  FENNEC. Nous allons aussi embaucher un Responsable agrément EMAR. De plus, notre Responsable atelier part à la retraite au printemps 2020, nous avons donc aussi  besoin de le remplacer. Les recrutements pour ces postes sont ouverts dès à présent.

Quels profils cherchez vous pour ces différents postes ?
C.R. : Pour les mécaniciens, ils doivent être titulaires d’une licence PART (pour la réglementation civile) ou FRA (réglementation militaire française) avec au moins deux ans d’expérience. Ils n’ont pas besoin d’avoir une Qualification de type.
Pour le Responsable agrément, c’est un profil plus spécifique, qui doit déjà avoir une connaissance de la réglementation aéronautique et des connaissances de la réglementation militaire. C’est un poste  qui suppose une expertise des agréments aéronautiques militaires d’au moins 5 ans.
Le Responsable atelier devra être une personne expérimentée qui a déjà travaillé sur un poste similaire dans un atelier de maintenance d’hélicoptères et de gestion d’équipe. Nous recherchons un expert qui soit capable de gérer une équipe d’une vingtaine de personnes composées de chefs d’équipe, de mécaniciens B1-3, de mécaniciens structures et de mécaniciens avioniques B2. Il devra aussi avoir des connaissances de la réglementation civile.

Rencontrez-vous des difficultés à recruter ?
C.R. : Le marché est actuellement tendu dans la filière aéronautique mais cela ne nous empêche pas de trouver des personnes compétentes et passionnées Comme nous travaillons aujourd’hui sur deux types d’hélicoptères, nous recherchons autant des spécialistes avec des connaissances sur ces modèles que des jeunes diplômés ou des personnes expérimentées sur d’autres appareils, à qui nous pouvons financer des Qualifications de Type (QT). C’est un vrai plus, car la formation à la Qualification de type coûte plus de 10 000 euros par personne.

Quel intérêt peuvent avoir les candidats à postuler chez HELIDAX ?
C.R. : C’est une entreprise composée de gens passionnés par leurs métiers, où il y a un bon état d’esprit, peu de turnover, et de nombreux projets. Les futurs embauchés participeront ainsi au développement de notre activité actuelle et future, d’autant que cette croissance nous permet de proposer des évolutions professionnelles à nos salariés déjà en poste. Nous sommes une société en développement à l’écoute du marché

Quelles sont les perspectives ?
C.R. : Nous nous sommes associés à Héli-Union et DCI pour répondre à un nouvel appel d’offres début décembre qui concerne le DAUPHIN. Cet appel d’offres lancé par le Ministère des Armées concerne les visites périodiques, les grandes visites et les modifications de DAUPHIN. Depuis notre premier contrat en 2008, nous sommes reconnus par nos compétences dans la maintenance des hélicoptères. D’ici à la fin de cette année 2019 ou début de l’année prochaine 2020, nous saurons si nous avons obtenu ce contrat. Dans cette hypothèse, nous devrons embaucher à nouveau, voilà pourquoi nous commençons dès à présent à prospecter. Nous aurons besoin de Mécaniciens B1-3 et aussi Avioniques B2 qualifiés DAUPHIN, soit au total entre 6 et 8 personnes qui seront basées à Dax. Dans l’avenir, nous répondrons a priori à d’autres appels d’offres et nous avons besoin d’un vivier de Mécaniciens hélicoptère, de Mécaniciens avioniques et de techniciens de navigabilité, donc nous invitons les candidats à nous contacter, une opportunité pourrait leur correspondre !

Propos recueillis Par Claude Bigeon

Helidax recrute


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


L'ESTACA franchit un nouveau cap dans la formation à l'entrepreneuriat
30/06/2020 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

L'ESTACA présente son programme « Destination Entrepreneur » visant à accompagner les élèves ingénieurs da...


Henri de Peyrelongue est nommé Directeur général adjoint Commercial Ventes Air France-KLM. Pieter Bootsma est nommé Chief Revenue Officer Air France-KLM.
19/06/2020 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Henri de Peyrelongue est nommé Directeur général adjoint, Commercial Ventes Air France-KLM, à compter du 1er juillet 2020. Il dir...


Pascal Laguerre est nommé Chief Technology Officer (CTO) de Daher
19/06/2020 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Pascal Laguerre prend la responsabilité de Chief Technology Officer (CTO) de Daher, en remplacement de Nicolas Orance, à compter...

Lire aussi :


08/10/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Opérationnel depuis février 2019, le Conversion Training Center (CTC) de Dassault Aviation, implanté à Bordeaux-Mérignac, vise à prendre en charge une partie de la formation des...


L'aviation générale retenue au sol par le manque de mécaniciens
03/10/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Si les problèmes de recrutement sont très présents dans l'industrie aéronautique et l'aviation commerciale, ils n'épargnent pas non plus l'aviation générale. La part du secteur re...


Safran propose une chaîne numérique complète pour les hélicoptères avec Cassiopée
21/03/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | MAINTENANCE / MRO

Le monde des voilures tournantes n'échappe pas à la frénésie qui entoure l'exploitation des données. Safran Electronics & Defense a ainsi profité de la tenue du salon Heli-Expo...