Contrôleur aérien


© Florian Blary
Le contrôleur aérien surveille les mouvements des avions, aussi bien au décollage qu'à l'atterrissage, et organise la circulation des aéronefs dans ce secteur bien particulier. Il garantit également la fluidité du trafic, ainsi que la sécurité aérienne, depuis un tour de contrôle et une base au sol.

Missions


• Suivi assidu et analyse en temps réel de la circulation aérienne et au sol des aéronefs
• Guidage des pilotes à l’envol, durant le vol et à l’atterrissage
• Déclenchement du processus d’urgence en cas de besoin
• Transfert de compétence à d’autres contrôleurs aériens étrangers lorsque les avions sortent de son cadre aérien

Compétences


• Aptitude à connaître et à anticiper les trajectoires des aéronefs
• Excellente capacité d’analyse de données aériennes en temps réel
• Compétences de haut niveau en pilotage et en navigation aérienne
• Excellente acuité visuelle et bonne aptitude physique
• Maîtrise parfaite de l’anglais et d’autres langues étrangères

Formations


En France, le poste de contrôleur aérien n'est accessible qu'à l'issue d'une admission à l'école nationale de l'aviation civile. Dans cette optique, un Bac + 2 orientation scientifique est requis. Une formation d’ingénieur en contrôle de navigation aérienne de 3 ans sera alors dispensée aux admis.

Salaire


Le contrôleur aérien en début de carrière touche généralement un peu plus de 2500 euros bruts.

Évolutions de carrière


Outre la possibilité de faire carrière dans le pilotage, le métier de contrôle aérien est également ouvert aux postes administratifs. L'occupant du poste peut ainsi devenir encadreur ou chef d'équipe, à long terme.

Autres appellations


• Contrôleur de navigation aérienne
• Aiguilleur du ciel
• Ingénieur du contrôle aérien