Frantz Yvelin annonce sa démission d'Aigle Azur

Emilie Drab

04/09/2019 | 635 mots | AEROCONTACT | TRANSPORT AÉRIEN
Frantz Yvelin annonce sa démission d'Aigle Azur © Capture d'écran de BFM TV

Intervenant sur BFM TV au sujet de la situation d'Aigle Azur le 4 septembre, Frantz Yvelin a annoncé en direct sa démission du poste de directeur général. Après son placement en redressement judiciaire le 2 septembre, ce nouveau rebondissement envoie un très mauvais signal quant à la pérennité de la compagnie. Plus aucun vol n'est disponible à la réservation à partir du 10 septembre.

Frantz Yvelin a assuré : « j'ai fait absolument tout ce que je pouvais depuis deux ans. Mais [...] on ne peut pas se battre contre tout le monde. » Il explique en effet avoir perdu le soutien de ses actionnaires cet été puis celui des salariés, certains syndicats s'étant opposés au plan de sauvetage qu'il avait proposé en partenariat avec Vueling.

L'ancien dirigeant d'Aigle Azur - il sera resté deux ans à la tête de la compagnie - a expliqué que ses deux problèmes majeurs avaient été la perte imprévisible de son actionnaire chinois - le groupe HNA, lui-même en difficulté financière -, associée à l'arrêt de la desserte de la Chine, et le niveau du prix du carburant, qui a provoqué une hécatombe chez les compagnies européennes en 2018. Le soutien de David Neeleman lui a également fait défaut, comme en témoigne également l'arrêt annoncé pour le 27 septembre de la ligne vers le Brésil.

En manque de liquidités, une situation aggravée par le blocage d'une partie de ses fonds en Algérie, l'activité de la compagnie n'a fait que se dégrader. « Nous avions dès le début du mois d'août une solution pour pérenniser plus de 90% des emplois », affirme Frantz Yvelin, revenant sur le projet avec Vueling (céder une partie de son activité à la filiale d'IAG et transférer le reste de ses opérations parisiennes vers CDG), qui s'accompagnait d'un effort de productivité.

Le dernier des trois actionnaires, Gérard Houa (de Lu Azur), a alors tenté de reprendre le contrôle de la compagnie en annonçant l'éviction de Frantz Yvelin et sa propre nomination en tant que président, secondé par Philippe Bohn au poste de directeur général. L'événement, très médiatisé et qui s'est soldé par le dépôt d'une plainte et l'intervention des forces de police, a également porté un coup à la confiance des passagers potentiels.

Frantz Yvelin a alors demandé à placer Aigle Azur sous administration provisoire et une administratrice judiciaire a été nommée le 27 août. Elle a ensuite décidé de déclarer la compagnie en cessation de paiement et de la placer en redressement judiciaire le 2 septembre, les vols devant être maintenus durant la période d'observation (qui courait jusqu'en mars).

Les repreneurs ont désormais moins d'une semaine pour se manifester : les offres doivent être déposées avant le 9 septembre, date à laquelle un CE est planifié. Air France et IAG pourraient figurer parmi les candidats potentiels. Car Aigle Azur garde un atout de taille : des slots très prisés à Orly.


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


La reprise de la croissance des effectifs du transport aérien menacée par les récentes faillites
03/10/2019 | AEROCONTACT | TRANSPORT AÉRIEN

L'arrêt des activités d'Aigle Azur et XL Airways va causer quelques remous dans le profil du transport aérien français, remettant en...


La croissance raisonnée d'Air Caraïbes lui permet de recruter
03/10/2019 | AEROCONTACT | TRANSPORT AÉRIEN

Dans un contexte difficile pour le transport aérien français, Air Caraïbes continue de tirer son épingle du jeu grâce à une gest...


Ouverture de négociations sur Transavia France
29/05/2019 | AEROCONTACT | TRANSPORT AÉRIEN

Air France-KLM est heureux que le conseil du SNPL ALPA d'Air France, qui représente la majorité des pilotes de la compagnie, ait voté à...

Lire aussi :


Distorsion de concurrence
10/12/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | TRANSPORT AÉRIEN

Le gouvernement italien vient encore d'octroyer un prêt-relais de 400 millions d'euros en tant qu'aide au sauvetage d'Alitalia, faute de solution de reprise sérieuse et al...


L'éco-pilotage ou la traque à la surconsommation de carburant
10/12/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | TRANSPORT AÉRIEN

La volatilité des prix du carburant et le désir de plus en plus revendiqué de réduire l'empreinte environnementale de l'aviation ont la même conséquence vertueuse : les compagnies...


10/12/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | TRANSPORT AÉRIEN

La compagnie aérienne Ryanair a renoncé à fermer sa base espagnole de Gérone (nord-est) en janvier, en échange d'une réduction d'un quart du temps de travail et donc des salair...