Cavok se développe et recrute

Claude Bigeon
06/02/2020 | 969 mots | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE
Cavok se développe et recrute © Cavok

CAVOK est une PME de soixante-treize personnes située dans l’Allier, en Auvergne, une des régions qui rassemblent des entreprises du secteur aéronautique. Tout à la fois en charge de la direction du site et de la cogérance de l’entreprise, Olivier Landillon nous a accordé un entretien pour mieux comprendre les enjeux de cette entreprise en croissance. Rencontre.

Pouvez-vous vous présenter ?
Olivier Landillon
 : Je totalise dix-neuf années d’expérience dans le secteur aéronautique, occupant des postes aussi variés que la gestion d’usine, la production, les achats et le commerce. Ainsi, depuis un an, j’occupe les fonctions de directeur de site chez Cavok

Quelle est l’activité de Cavok ?
O.L. : C’est une filiale française de CAE Aviation. Notre activité se décline autour de quatre domaines, la gestion de la navigabilité, l’entretien, la réparation et la modification des avions. Dans les faits, nous réalisons toutes ces tâches pour la flotte de CAE Aviation, soit une trentaine d’aéronefs. Ce sont principalement, des appareils de type aviation d’affaires, Beech 350-300, CESSNA 208, et également CASA 212 pour le largage para.
Pour nos activités d’entretien et de réparation nous avons besoin de beaucoup de réactivité. Nous sommes également organisme de formation pour les mécaniciens, les pilotes et le contrôle non destructif.

Quelle est sa spécificité ?
O.L. : Nous sommes entièrement autonome car nous avons une véritable expertise dans les domaines de l’entretien et de la réparation des avions. Ainsi nous rassemblons tous les métiers nécessaires allant de la conception à la production et à la mise en vol. Par Exemple, chaque année nous mettons à disposition au SDIS13 un avion pour la détection des feux en forêt. L’entretien des avions est une grosse activité au sein de Cavok. Nous réalisons les réparations sur site, en France, en Europe et partout dans le monde. Nous n’effectuons pas de modifications d’avions tous les jours. Et elles sont réalisées pour apporter une amélioration technologique ou quand il faut être en accord avec une modification règlementaire, par exemple, pour le système avionique.

Quels sont vos besoins en termes de recrutements ? Quels profils, quelles personnalités cherchez-vous ?
O.L. : Nous sommes à la recherche de mécaniciens B2 avec une licence PART 66. S’ils n’ont pas de licence sur nos avions nous pouvons les former. L’idéal est qu’ils aient déjà une PART 66. L’âge n’a pas d’importance, mais nous portons une attention toute particulière à leur état d’esprit. Ils doivent être ouverts, sociables et prêts à réaliser des déplacements à l’étranger. Cette partie du poste nécessite donc la pratique de l’anglais aéronautique.
Nous avons également besoin d’agents de navigabilité. Nous sommes prêts à regarder tous les profils. Mais bien sûr, il faut avoir une expérience de la navigabilité dans une compagnie aérienne par exemple. Nous embauchons en CDI. Pour la gestion de la navigabilité, il est impératif d’avoir un bon niveau d’anglais, car c’est un travail en équipe. Il s’agit de suivre les avions au quotidien. Et comme pour les mécaniciens B2, nous recherchons des personnalités qui sachent travailler en équipe.

Quelles difficultés rencontrez-vous dans le recrutement ?
O.L. : La demande est plus importante que l’offre, c’est le problème de fond. Nous devons faire face à un vrai problème d’adaptation des formations aux besoins de la filière aéronautique. Aussi, nous prenons des jeunes en alternance et nous travaillons avec les lycées professionnels spécialisés dans l’aéronautique de notre région. C’est sûr que notre localisation géographique n’attire pas forcément à première vue. Mais, une fois installés, les salariés sont plutôt contents de la qualité de vie. Nous sommes à quinze minutes de Vichy, une heure de Clermont-Ferrand, trente minutes de Roanne et une heure de Saint-Etienne. L’immobilier est très accessible dans cette région. Les salariés qui ne sont pas natifs de la région s’y retrouvent par rapport à leur famille, la scolarité de leurs enfants…

Comment va évoluer Cavok ?
O.L. : La société date de 2012-2013. Nous avons passé le cap des cinquante courant 2018. Actuellement, nous avons soixante-treize salariés. Ainsi, nous avons connu une progression rapide, une croissance de 15 à 25% de notre effectif par an. Un deuxième hangar pour les avions est en construction. Aujourd’hui, notre priorité, c’est la croissance et l’organisation de l’entreprise.

Propos recueillis par Claude Bigeon

Cavok recrute


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Rajesh Krishnamurthy nommé président du directoire d’Expleo pour mener la prochaine étape de la transformation du groupe
29/06/2020 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Le conseil de surveillance d’Expleo annonce ce jour la nomination de Rajesh Krishnamurthy en tant que nouveau président du directoire du groupe. Il rempla...


PredaSAR annonce le lancement d'une constellation de 48 satellites à radar à synthèse d'ouverture (SAR) de pointe destinée à des applications gouvernementales et commerciales
29/06/2020 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

PredaSAR Corporation a annoncé aujourd'hui qu'elle va lancer une constellation de 48 satellites commerciaux à radar à synthèse d...


Havilland Canada livre le premier avion Dash 8-400 à TAAG Angola Airlines
29/06/2020 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Havilland Aircraft of Canada Limited (« De Havilland Canada ») a livré aujourd'hui à TAAG Angola Airlines E.P (« TAA...

Lire aussi :


03/07/2020 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Le responsable de la communication du géant de l'aéronautique Boeing, Niel Golightly, a démissionné jeudi de ses fonctions pour un texte sur la place des femmes dans l'armée qu...


02/07/2020 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Quelque 3.500 emplois pourraient être sauvés chez l'avionneur Airbus si l'Allemagne et la France apportent leur aide, affirme jeudi le président exécutif du groupe européen Gui...


Toulouse sous le choc : plus de 3500 postes supprimés chez Airbus dans la capitale européenne de l'aéronautique
02/07/2020 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Toulouse va payer un lourd tribut à la crise du secteur aérien post-Covid dans le secteur aéronautique : près des trois quarts des 5.000 postes qu'Airbus compte supprimer en F...