L’ENAC recrute des Tuteurs ATPL et des Pilotes instructeurs

Claude Bigeon
13/11/2019 | 1311 mots | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE
L’ENAC recrute des Tuteurs ATPL et des Pilotes instructeurs © Maxime Taran, Chef du Département des Opérations au sein de la Direction de la Formation au Pilotage et aux Vols.

L’Ecole Nationale de l’Aviation Civile organise une journée portes ouvertes le samedi 30 novembre de 8h30 à 18h à Toulouse. Cet organisme de référence de l’enseignement supérieur dans le domaine de l’aérien forme en moyenne 3000 élèves et accueille 3500 stagiaires en formation continue et perfectionnement. Ainsi, dans le cadre de ses missions, l’ENAC recrute régulièrement. Rencontre avec Maxime Taran, le chef du Département des Opérations au sein de la Direction de la Formation au Pilotage et aux Vols. 

Aerocontact : L’ENAC est connue pour former des pilotes de ligne de l’aviation civile. Est-ce que vous pourriez nous présenter cette structure ?

Maxime Taran :  L’ENAC est un EPSCP (établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel) qui forme notamment des pilotes de ligne. Nous proposons un panel de  formations pour nos clients qui sont des compagnies françaises et étrangères. Nous formons des candidats sans aucune expérience aéronautique qui ont été sélectionnés par une compagnie aérienne et nous leur assurons une formation théorique et pratique jusqu’au niveau nécessaire pour entrer en formation à la qualification de type Airbus ou Boeing.  Dans le cadre de ses missions institutionnelles, L’ENAC qui est sous tutelle de la DGAC, forme aussi des pilotes jusqu'à l’obtention de licences et qualifications techniques pour des partenaires étatiques comme la DGAC, la Défense et la Fédération Française de l’Aviation, et notamment des contrôleurs aériens, des ingénieurs et des techniciens de l’aviation. Nous réalisons également la calibration des moyens de radio et de navigation autour des aéroports. En résumé, l’activité de l’ENAC, c’est de la formation au pilotage, des missions institutionnelles et des contrats export.

Quels sont les besoins en recrutement de l’ENAC  au sein de la Direction de la Formation au Pilotage et aux Vols ?

M. T. : Au sein de DFPV nous avons besoin chaque année principalement de deux profils : des Tuteurs ATPL (Air Transport Pilot License) et des Pilotes instructeurs. Par exemple, en 2019, nos besoins en Tuteurs ATPL étaient de 9, un peu plus que d’habitude et nous avons recruté 10 Pilotes instructeurs (7 en 2018, 28 en 2017, 17 en 2016). A l’heure actuelle, les besoins en pilotes, donc en formation de pilotes sont très importants. Nos besoins de recrutement sont liés au plan de charge. Nous ne sommes pas dans une politique d’expansion continuelle, mais il nous faut un minimum d’instructeurs compétents. Tout cela est lié à la conjoncture au sein des compagnies aériennes. Notre intérêt est d’avoir toujours de l’avance, un réservoir de personnel formé.
Les Tuteurs ATPL sont concernés par la partie théorique de la licence de pilote de ligne.  Ils s’occupent de la première brique de la formation. Ils doivent connaître quelques certifications sur les 14 pour accompagner l’élève dans son assiduité, la méthodologie, le savoir être, et doivent répondre aux questions des élèves. La maitrise de l’anglais (niveau B2) est impérative ainsi qu’un sens pédagogique.

Pour le profil de Pilotes instructeurs, nous recrutons des pilotes qui sont déjà instructeurs CPL ou ATPL avec un minimum de 300 heures de vol en avion. Toutefois, il est possible de recruter des licences CPL ou ATPL qui n’ont jamais été instructeurs. Après une sélection, nous pouvons les mettre à niveau par une formation d’instructeur moyennant un engagement sur la durée. Les sélections se font via un QCM, un entretien professionnel sur la motivation, un entretien pédagogique et un test en vol.

Quelles sont vos difficultés à recruter ?

M.T. : Les Tuteurs ATPL doivent être calés en anglais et avoir un bagage aéronautique conséquent, c’est-à-dire être pilote ou quasi pilote. Cela peut-être compliqué d’avoir un background aéronautique, des compétences pédagogiques et une maîtrise de l’anglais. Nous avons tous les âges possibles, comme les jeunes élèves pilotes de ligne, car à une époque, ils avaient des problèmes d’embauche dans les compagnies. Pour les occuper, nous leur proposions des postes dans le tutorat. Depuis, le marché à évoluer, actuellement nous avons plutôt des gens en reconversion professionnelle (comme d’anciens militaires), en fin de carrière ou en inaptitude médicale.

Concernant les Pilotes instructeurs, les compagnies font des offres de pilotes tous azimuts, donc nous craignions d’avoir moins de candidats, donc moins de formateurs expérimentés. Toutefois, en 2019, nous avons eu beaucoup de candidats de qualité. Donc, nous avons principalement soit des militaires en reconversion soit des jeunes avec un peu d’instruction.

Quelles sont les perspectives et vos besoins pour l’avenir ?

M.T. : En 2020, nous allons avoir un relatif turn-over de Tuteurs ATPL et de Pilotes instructeurs, ce qui va relancer le recrutement. Le recrutement au sein de la DFPV ne concerne pas uniquement Toulouse. Nous avons aussi recruté des coordinateurs de centre dans les centres d’instruction pratique. Ils seront chargés de la planification et du suivi des stages. Pour Toulouse, nous avons embauché un chargé de planification des activités de pilotage. Ce sont des profils moins techniques, mais ouverts à des personnes motivées par ce genre de poste où il faut savoir gérer les aléas, la planification d’imprévus à travers des outils de gestion informatiques. 

En 2019, nous recrutons deux Instructeurs MCCI (Multi Crew Coordination Instructor, instructeur nécessaire juste avant la qualification de type en compagnie) pour la formation au pilotage en équipage sur simulateur A320.

Nous formons sur des simulateurs reconnus par l’EASA (European Union Agency for Safety Agency) qui supervise la règlementation européenne en matière de formation aéronautique. L’ENAC construit des programmes pédagogiques pour former des pilotes de ligne de qualité. En allant très vite, nous pouvons former un pilote de ligne en 85 à 90 semaines, c’est-à-dire, en moins de deux ans. Un EPL, Elève Pilote de ligne (équivalent licence) est formé en trois ans. C’est une formation théorique enrichie par des enseignants experts, c’est une formation qui va au-delà de l’ATPL. Les portes ouvertes du 30 novembre, vont permettre à ceux qui le souhaitent de venir s’informer sur les formations de l’ENAC, les pré requis, les concours… et d’avoir accès aux simulateurs de contrôle aériens, les simulateurs A320, ATR42 et TB20.

Propos recueillis par Claude Bigeon

L'ENAC est à retrouver ici


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Albane Leluan nommée Responsable juridique
20/02/2020 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Albane Leluan a rejoint Corsair depuis le 17 février 2020 en tant que Responsable juridique. Elle est rattachée à Pascal de Izaguirre, Prés...


Airbus Defence and Space nomme un nouveau directeur général au Royaume-Uni
20/02/2020 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Airbus a nommé Richard Franklin au poste de directeur général d'Airbus Defence and Space au Royaume-Uni.  Il remplacera Colin Paynter, qu...


Air France ouvre Alger et Oran en direct au départ de Toulouse
20/02/2020 | AEROCONTACT | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Dès le 4 avril 2020, Air France proposera 2 nouvelles routes directes vers l’Algérie au départ de Toulouse :- Toulouse-Alger : jusqu’&...

Lire aussi :


20/02/2020 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

Nouveau rebondissement dans le conflit commercial opposant l'Union européenne aux Etats-Unis sur les subventions accordées à Airbus et Boeing: des élus de l'Etat de Washingto...


Embraer respecte ses prévisions mais inquiète par ses perspectives
20/02/2020 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

La tenue des prévisions de livraisons n'est pas une constante dans l'industrie aéronautique. Force est donc de reconnaître qu'Embraer a respecté les siennes en 2019. Avec 89 a...


19/02/2020 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | INDUSTRIE TECHNOLOGIE

General Electric (GE) maintient son ambition de renforcer sa trésorerie cette année, en dépit des déboires du Boeing 737 MAX dont il co-fabrique le moteur via une co-entrepri...