APSIDE, de plus en plus sollicitée pour les métiers de l’aéronautique

Claude Bigeon
22/11/2019 | 1270 mots | AEROCONTACT | CARRIÈRE
APSIDE, de plus en plus sollicitée pour les métiers de l’aéronautique © APSIDE

Créée en 1976, APSIDE est une ESN, Entreprise de service du numérique. A l’époque c’était ce que l’on appelait une SSII, une société de service spécialisée dans l’informatique. Aujourd’hui, cette structure qui rassemble plus de 2700 consultants répartis au sein de 17 agences en France et 5 à l’étranger, travaille pour l’industrie aéronautique surtout grâce à son agence d’Aix-en-Provence. Rencontre avec Océane Gundall et Laura Budziak, chargées de recrutement, l’une pour la Gestion de projet et l’autre pour le Manuf Engineering. 
 

APSIDE est une ESN spécialisée en ingénierie technologique et industrielle. Pouvez-vous nous décrire l’activité d’APSIDE au sein de la filière aéronautique ? Et les profils recherchés ?

Laura Budziak : Dans nos équipes Manuf Engineering, nous avons 160 collaborateurs chez Airbus Helicopters. Nous fournissons des techniciens aéronautiques qui travaillent en lien avec la production. Plusieurs métiers sont représentés. Des Préparateurs méthodes qui font le lien entre le Bureau d’étude et la chaîne d’assemblage, leur rôle est de transformer des plans en fiches techniques. Des AET Agents d’étude technique, dont le rôle est de résoudre les problèmes qui sont rencontrés par les monteurs sur la chaine d’assemblage. Des Techniciens qualité et conformité qui vérifient que l’ensemble des documents livrés avec la machine sont conformes au process de qualité demandé par Airbus. Nous avons aussi des salariés au sein du service laboratoire, des Techniciens d’essai qui testent les petits et moyens équipements des machines. Dans notre agence APSIDE d’Aix-en Provence, ce sont les Préparateurs méthodes qui sont les plus représentés, une centaine, qui travaillent sur l’ensemble des gammes d’Airbus Helicopters, Super Puma, H175, hélicoptères légers, Dauphin, Tigre, NH90, H160 et même les prototypes. Chez Dassault Aviations, nous avons une vingtaine de Préparateurs méthodes et Techniciens d’essai. Nous travaillons également sur les métiers de l’informatique industrielle et les systèmes embarqués.
Océane Gundall : Pour notre client Airbus Helicopters, je suis spécialisée dans le recrutement de consultants dans le domaine de la Gestion de projet. Nous travaillons sur trois axes : la finance / contrôle de gestion ; la gestion de projet fonctionnel / PMO et les chefs de projets techniques (avionique, mécanique, structure, etc.). Ce sont des postes intéressants qui nécessitent une bonne expérience en gestion de projet. Nous recherchons des profils expérimentés, mais aussi plus juniors. Les consultants en gestion de projet interviennent à toutes les étapes de la fabrication de l’hélicoptère, de la conception jusqu’à la livraison (production, engineering, support). Ce sont des postes qui nécessitent de savoir être en interface avec divers corps de métiers, d’être un bon communicant et bien souvent d’avoir un bon niveau d’anglais. Les soft skills sont très importantes pour ces postes et permettent une meilleure adaptabilité.

Pourquoi ces gros clients comme Airbus Helicopters et Dassault Aviations font appel à vous et n’embauchent pas directement ?
L.B : On constate que nos clients recrutent de moins en moins en interne de cols blancs par rapport aux cols bleus. La tendance est à l’externalisation de la main d’œuvre intellectuelle par des sociétés de prestation comme APSIDE. C’est un phénomène qui progresse depuis ces dernières années. 
O.G. : Ainsi, nous proposons des missions de 1 à 3 ans. Cela nous demande de travailler plus sur la fidélisation de nos consultants. Pour donner un exemple sur l’évolution de nos effectifs, nous avons recruté 35 personnes dans la Gestion de projet et 56 en Manuf Engineering sur Aix en 2019, contre une vingtaine de personnes il y a 5 ans. Nous travaillons beaucoup avec Airbus depuis 2008 avec l’arrivée d’un nouveau responsable d’Agence à Aix très implanté dans le milieu aéronautique. L’agence APSIDE Toulouse et Bordeaux travaillent respectivement avec les clients Airbus et Dassault mais sont moins implantés chez ces clients que l’agence d’Aix-en-Provence.

Quelles difficultés rencontrez-vous dans le recrutement ?
O.G. : Il y a de la concurrence et il faut être plus attractif pour les candidats. Il faut trouver les nouveaux diplômés. Il y a par exemple, une forte demande pour la gestion de projet, mais il y a une pénurie de profils. Nous recherchons pour ce poste des candidats qui ont une formation Management de projet orientés industriel ou des profils issus de cursus ingénieur. Nous avons une bonne image, et il y a beaucoup de cooptation de nos consultants. Airbus impose une expérience dans l’aéronautique de 3 à 5 ans pour la Gestion de projet. 
L.B. : Pour la partie Manuf Engineering, les clients souhaitent une expérience entre de 6 mois et 3 ans. Cela peut poser problème lorsque le candidat potentiel n’a pas fait de stage ou de formation en alternance dans le secteur aéronautique.

Quels atouts proposez-vous à un futur candidat ?
O.G. : Aujourd’hui l’intégration sur APSIDE Aix se fait à travers 5 grands axes de suivi : le bilan d’intégration ; le suivi de mission entre le consultant ; le manager et le client tous les 2, 3 mois ; l’entretien annuel qui permet de fixer les objectifs professionnels et les formations possibles pour garder l’employabilité ; la soirée d’intégration et la soirée trimestrielle.

L.B. : Nous avons également lancé le projet FYC, Follow your collab, il s’agit d’un projet imaginé par l’un de nos collaborateurs qui travaille chez notre client Airbus, David Sitta. L’idée c’est de permettre le transfert de compétences. Dans chaque métier du Manuf Engineering, un expert va se charger de mettre en place une formation qui servira aux nouveaux arrivants. Morgane Falcone, anime, elle le projet tutorat, qui suivra les personnes en formation dans le cadre de ce projet FYC. Pour l’instant, nous n’en sommes qu’aux prémices du projet qui ne concerne que les métiers de l’aéronautique. L’idée c’est que dans chaque équipe il y aura un tuteur qui encadrera le novice. 
 

Retrouvez APSIDE


Newsletter d'actualités aéronautiques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter d'actualité hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Formation, admissions, international… Tout savoir sur l’IPSA en quelques clics !
09/04/2020 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Même si les Journées Portes Ouvertes (JPO) ne peuvent pas se dérouler pendant cette période de confinement, l’IPSA...


Massimo Claudio Comparini est nommé président directeur général adjoint, directeur des activités observation, exploration et navigation de Thales Alenia Space et président directeur général de Thales Alenia Space Italia
09/04/2020 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

Thales Alenia Space, société conjointe entre Thales (67 %) et Leonardo (33 %), a annoncé aujourd’hui la nomination de Massimo Claudio Compar...


OpenAirlines : des solutions pour réduire la consommation de carburant
09/04/2020 | AEROCONTACT | CARRIÈRE

OpenAirlines propose des solutions concrètes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre produites par les compagnies aérienn...

Lire aussi :


08/10/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Opérationnel depuis février 2019, le Conversion Training Center (CTC) de Dassault Aviation, implanté à Bordeaux-Mérignac, vise à prendre en charge une partie de la formation des...


L'aviation générale retenue au sol par le manque de mécaniciens
03/10/2019 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Si les problèmes de recrutement sont très présents dans l'industrie aéronautique et l'aviation commerciale, ils n'épargnent pas non plus l'aviation générale. La part du secteur re...


L'EPNER doit « maintenir un haut degré de compétences »
06/09/2018 | LE JOURNAL DE L'AVIATION | CARRIÈRE

Depuis 1946, l'École du personnel navigant d'essais et de réception (EPNER) forme les futurs pilotes et ingénieurs dédiés aux essais en vol des aéronefs, aussi bien civils que mi...