ELNO


A sa création en 1927 ELNO est une marque des établissements Lailler-Pecquet qui décide d'investir dans la technologie électro-acoustique du fait de l'essor du cinéma parlant et du besoin en casques d'écoute pour les standards téléphoniques.

L'origine de la marque ELNO trouverait le début de son sigle « EL » dans les Etablissement Lailler-Pecquet et le « NO » viendrait du nom du diplomate suédois Raoul Nordling, un des actionnaires fondateur de la société. L'Histoire aura retenu Nordling comme le sauveur des monuments de Paris en 1944 lors de la Libération, celui qui réussit envers et contre tout à convaincre le gouverneur Von Choltitz de ne pas brûler Paris.

Après-guerre, ELNO profite des plans de relance américains et débute la fabrication d'équipements militaires pour les forces de la toute nouvelle OTAN. ELNO fournit ainsi ses premiers interphones militaires.

Dans les années 50, ELNO se diversifie dans le ferroviaire à la faveur d'une demande pressante d'un des ministres des transports de la IVème République.

L'Histoire raconte que le contrôleur du Capitole, à bord duquel il circulait, fut dans l'impossibilité de régler la température du train car il ne pouvait joindre le conducteur, seule personne en mesure de monter le chauffage. Il donna l'ordre d'installer des téléphones à bord des trains nationaux et ELNO, fort de son expérience et de sa compétence en interphonie militaire, aurait ainsi équipé son premier interphone ferroviaire puis la sonorisation à bord.